Le Premier ministre Manuel Valls en VRP des réformes à Berlin

Le Premier ministre Manuel Valls en VRP des réformes à Berlin

ALLEMAGNE - Ces lundi et mardi, Manuel Valls est en visite officielle en Allemagne. Au programme du Premier ministre : rassurer Berlin sur sa volonté de réformer. Une opération délicate, selon le politologue Stéphane Rozès, président de Cap et professeur de sciences politiques à Sciences Po et HEC.

Regonflé après le vote de confiance du gouvernement à l'Assemblée nationale , Manuel Valls se rend ces lundi et mardi en Allemagne. C'est pour lui la première fois qu'il rencontre la chancelière, Angela Merkel, en tant que Premier ministre. "Je me rends en Allemagne parce qu'il faut changer les choses en Europe", déclarait-il dimanche.

EN SAVOIR + >> Valls, la confiance molle

Un voyage pour prouver

Accompagné d' Emmanuel Macron, ministre de l'Économie , et d'Harlem Désir, secrétaire d'Etat aux Affaires européennes, il va passer par Berlin, Hambourg et Stuttgart pour rencontrer plusieurs chefs d'entreprises allemands. Si cette visite officielle, qui se décline sous le signe de l'économie, s'annonce délicate, elle est avant tout stratégique, explique Stéphane Rozès pour metronews. "Il s'agit de l'occasion formelle de faire la démonstration aux Allemands que la France s'engage dans des réformes structurelles."

Objectif numéro 1 : rassurer les Allemands. Car le plus grand défi pour l'équipe de Manuel Valls sera de convaincre son principal partenaire européen que le gouvernement français agit. Le Premier ministre se devra ainsi d'être pédagogue pour faire le service après-vente des réformes économiques, en particulier celles destinées à restaurer la compétitivité. Car le mot d'ordre de cette visite, c'est la croissance et les moyens de la faire redémarrer plus largement . "Le vrai sujet ce n'est pas tant la France ou l'Allemagne mais l'Europe et pourquoi l'Union européenne est en déclin depuis quinze ans", analyse Stéphane Rozès.

EN SAVOIR + >> L'impôt revu par Valls

Les Allemands prêts à se laisser convaincre

Mais le locataire de Matignon n'arrive pas en position de force. La France a annoncé mercredi dernier un dérapage de ses prévisions de déficits publics : 4,4% en 2014 et 4,3% en 2015, alors que le pacte de stabilité européen impose de le ramener sous la barre des 3% du PIB d'ici l'année prochaine.

Si Manuel Valls va mettre en avant la faible inflation et une croissance atone dans la zone euro, il devra manoeuvrer finement pour faire accepter par Berlin un report de ses objectifs de déficit. "Les Allemands ont tendance à vouloir que tous les autres pays fassent comme eux, remarque Stéphane Rozès. Mais Berlin est prêt à l'entendre si le gouvernement français change sa façon d'argumenter."

EN SAVOIR + >> Le bon mot de Valls

Que l'Allemagne "assume ses responsabilités"

Par ailleurs, comme il le déclarait lors de son discours de politique générale devant les députés , il veut obtenir de l'Allemagne qu'elle "assume ses responsabilités" et contribue davantage à la croissance européenne, fustigeant un euro trop fort. Mais la tâche relève de la mission impossible, l'image de la France étant fortement détériorée outre-Rhin. Berlin considère que le gouvernement français ne parvient pas à contrôler les dépenses publiques ou à mener des réformes structurelles.
 
"L'Allemagne soupçonne la France de ne pas être à la hauteur de ses défis. Il va falloir ouvrir le chantier d'une gouvernance et d'une économie européennes pour faire de la politique au sens noble du terme", pointe le politologue. L'exercice de Manuel Valls s'annonce périlleux.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Remontées mécaniques, parcs d'attractions, clubs libertins : les absurdités des réouvertures à venir

"Pass sanitaire" et sortie de l'état d'urgence : les députés votent finalement le texte

EN DIRECT - Tensions Israël/Palestine : la Cour pénale internationale s'inquiète des "crimes" commis

Pour quelles raisons l’Elysée refuse de rendre publics les bulletins de salaire d’Emmanuel Macron ?

Double meurtre dans les Cévennes : la traque pour retrouver le suspect continue

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.