Le recyclage du plastique "illusoire" ? Trois solutions pour en diminuer la consommation

ECONOMIE
DirectLCI
ÉCOLOGIE - Le gouvernement a annoncé plusieurs mesures pour favoriser le recyclage des déchets plastiques, mais de nombreux experts estiment que ce n'est pas la solution miracle. Deux d'entre-eux ont expliqué à LCI quelles peuvent être les pistes pour abandonner le plastique pour de bon.

Contre la prolifération des déchets plastiques dans l'environnement, le gouvernement a fait le choix de promouvoir le recyclage. La secrétaire d'État à la Transition écologique et solidaire Brune Poirson a annoncé dimanche plusieurs mesures dans ce sens : un système de "bonus-malus" sur les bouteilles en plastique permettant de taxer celle qui ne sont pas recyclées,  mais aussi une uniformisation des couleurs des poubelles, un abaissement de la taxe des communes sur les produits recyclés, ou incitation aux industriels à utiliser plus de matières recyclées.

En vidéo

VIDÉO - Recyclage du plastique : le plan du gouvernement

Pour de nombreux associatifs, le compte n'y est pas. Comme l'explique Nathalie Gontard, directrice de recherche à l'INRA, seuls 2% des plastiques usagés sont recyclés en plastiques réutilisables, et 8% sont recyclés pour en faire d'autres matériaux, qui, eux, ne sont pas recyclables. "Les contraintes logistiques de collecte sont importantes, la consommation d’énergie des multiples étapes se discute", précise Nathalie Gontard dans The Conversation qui ajoute que, face au risque de contamination du plastique usagé, celui-ci "doit être mélangé à du vierge".


Si le recyclage du plastique est une "illusion", comment s'en passer définitivement ? Contactée par LCI, Nathalie Gontard estime qu'il n'y a "pas de solution miracle". Pour abandonner le plastique, indique-t-elle "il faut développer les matériaux de substitution et changer ses habitudes".

Développer la consigne pour changer les habitudes des consommateurs ?

"Le coût de fabrication du plastique est très faible, donc nous avons l'habitude d'en consommer sans que ça ne nous coûte rien", explique la chercheuse pour qui il est désormais nécessaire de se poser la question à chaque achat : "est-ce que le plastique utilisé dans ce produit est utile ?" Et de prendre pour exemple "les légumes bio vendus sous emballage plastique individuel". Parmi les initiatives vertueuses, Nathalie Gontard évoque le développement des consignes, notamment les bouteilles en verre.


Une pratique aussi défendue par Élodie Fradet, consultante en développement durable auprès du cabinet AEFEL (Agir ensemble pour une faible empreinte écologique), qui voit dans la consigne "une pratique à laquelle le public s'attache". Et de citer l'exemple des "brasseurs artisanaux". Dans la même veine, la consultante loue les vertus de la vente en vrac, "adoptée progressivement sous la pression des citoyens".

Éco-emballages : un acteur connu mais trop frileux ?

Du côté des producteurs de plastiques, Élodie Fradet estime qu'il serait possible de s'appuyer sur les dispositifs de "responsabilité élargie du producteur" (REP), qui consistent à confier la gestion des déchets aux entreprises qui les produisent. Concernant les emballages ménagers, ce mécanisme passe en France par une société à but non-lucratif au nom désormais connu : Éco-emballages (et son logo aux deux flèches vertes). Concrètement,  Éco-emballages récolte les contributions d'entreprises qui produisent des emballages, notamment en plastique, afin de financer les acteurs de collecte, de tri et de recyclage.


Pourtant, l'association Zero waste France dénonce "la frilosité d’Eco-emballages vis-à-vis de solutions permettant de se passer des emballages jetables (comme la vente en vrac, ou la consigne)". Une frilosité qui s'expliquerait par le fait qu'Éco-emballages est possédé par les mêmes entreprises qui produisent ces emballages "qui servent de support publicitaire et marketing pour les marques". 

Taxer les plastiques vierges ?

Peu importe les solutions retenues, il n'y a pas, selon Nathalie Gontard, de matériau magique qui permettrait de remplacer le plastique et tous ses avantages (coût de production, sécurité alimentaire, légèreté, etc). La scientifique cite en exemple le PHA (pour polyhydroxyalcanoate), un type de polyester biodégradable, qui est actuellement trop coûteux à produire. "Le recyclage reste utile pour les bouteilles en PET (polytéréphtalate d'éthylène, utilisé pour la plupart des bouteilles, ndlr) car ce matériau est difficilement remplaçable", ajoute-t-elle.


Toujours afin d'agir du côté des producteurs, elle estime qu'une taxation est possible, mais pas celle proposée par Brune Poirson. "Ce n'est pas une bonne piste car ça revient à dire que le recyclage est une solution miracle", argue-t-elle, estimant qu'une taxation du plastique vierge, c'est-à-dire qui vient d'être fabriqué à partir de pétrole, serait plus efficace. Le tout en aidant la filière plastique à se reconvertir.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter