Jean Castex fait redémarrer le "train des primeurs" Perpignan-Rungis

Abandonné en 2019, le train des primeurs fait son grand retour samedi dans la gare de Rungis. Il est parti vendredi après-midi de Perpignan avec à son bord des fruits et légumes provenant essentiellement d'Espagne et du Maroc.

SYMBOLE - Le "train des primeurs" de la ligne Perpignan-Rungis, symbole du fret ferroviaire français qui avait été suspendu en 2019, a été relancé par le Premier ministre Jean Castex, vendredi 22 octobre.

Après deux ans d'interruption, le "train des primeurs" chargé de fruits et légumes méditerranéens a quitté Perpignan vendredi en direction du marché de Rungis, près de Paris, dans une ode au renouveau du fret ferroviaire célébrée par le Premier ministre Jean Castex. "Les fruits et légumes frais que nous avons vus seront demain, dès l'aube, disponibles sur les étals des marchés parisiens", a lancé le PDG de la SNCF, Jean-Pierre Farandou.

Cette liaison, qui permet l'acheminement de fruits et légumes en wagons réfrigérés, avait été suspendue à l'été 2019 faute de clients. La vétusté du matériel avait alors été largement mise en cause. 

Rétablir l'équilibre entre le rail et la route

Le premier train est parti à l'heure à 16h28. Ce "TGV du fret" roulant jusqu'à 140 km/h, était attendu à Rungis samedi 23 octobre à 03h08. Dans un discours lyrique, Jean Castex a regretté "les désinvestissements majeurs de la nation pendant des décennies", qui ont conduit au recul de la part du ferroviaire, et a regretté les files de camions encombrant l'autoroute A9, qui mène à Perpignan et en Espagne. "Il y a une distorsion entre le rail et la route" qui est moins chère, a reconnu Jean Castex. "Il est justifié, puisque tel est notre choix politique, que de l'argent public vienne la rétablir."

Programmés cinq fois par semaine pendant la saison des primeurs (de novembre à juillet), les trains du nouveau Perpignan-Rungis seront deux fois moins longs que leurs prédécesseurs, car une bonne moitié des wagons n'ont pas pu être sauvés. Ils transporteront néanmoins autant de fruits et légumes que 18 camions, apportant près de 10% des flux de fruits et légumes absorbés par Rungis.

Une "autoroute ferroviaire" de Barcelone à Anvers

L'État a investi 14 millions d'euros pour subventionner jusqu'à fin 2024 la nouvelle liaison. Jean Castex a rappelé que son gouvernement avait consacré un large volet au soutien du fret ferroviaire dans son plan de relance, au nom notamment de "l'enjeu planétaire et climatique". L'exécutif veut doubler la part du rail dans le transport de marchandises en France d'ici 2030, de 9% à 18%.

Le train des primeurs ne devrait pas rouler au-delà de 2024 car les wagons réfrigérés seront alors complètement à bout de souffle. L'idée est de faire circuler à partir de 2025 une autoroute ferroviaire de Barcelone à Anvers qui s'arrêterait à Perpignan et Rungis. Un terminal digne de ce nom doit être construit d'ici là dans le marché de gros francilien, qui permettra d'accueillir trois trains par jour, venus d'horizons différents.                 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : plus de 61.000 nouveaux cas en 24 heures, "record" de cette 5e vague

EN DIRECT - Immeuble effondré à Sanary : une troisième personne décédée

Faut-il se refaire intégralement vacciner si on est en retard pour sa 3e dose ? Le 20H vous répond

EN DIRECT - Une candidature commune à gauche ? "Ça ne s'improvise pas", affirme François Hollande

VIDÉO - "Plus jamais ça" : l'alerte des parents de l'ado électrocutée par son téléphone en prenant un bain

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.