Logement : les mesures que Manuel Valls pourrait annoncer vendredi

Logement : les mesures que Manuel Valls pourrait annoncer vendredi
ÉCONOMIE

LOGEMENT - Le Premier ministre annoncera vendredi des mesures pour relancer le logement. Alors que la construction s'effondre, les professionnels du secteur évoquent la nécessité de redonner confiance aux investisseurs.

Manuel Valls enfile son casque de chantier. Le président Hollande s'était donné l'objectif de 500.000 nouveaux logements par an pendant son quinquennat mais il n'y a eu que 340.000 mises en chantier l'an dernier. Et les derniers chiffres sont décourageants : les mises en chantier ont chuté de 13,3% sur un an, selon le ministère du Logement, et les ventes de logements neufs par les promoteurs ont reculé de 15% au deuxième trimestre sur un an, selon la Fédération des promoteurs immobiliers (FPI). Face à cet effondrement du secteur, il y a urgence. Manuel Valls a prévu de faire des annonces vendredi.

Les professionnels de la construction attendent désormais des résultats. A l'instar du président de la Fédération française du bâtiment (FFB), Jacques Chanut qui assure à metronews qu'"il faut un électrochoc fort". Celui-ci explique attendre "un accompagnement pour redonner confiance aux investisseurs et relancer un marché atone". Un nouveau plan de relance piloté par la ministre du logement Sylvia Pinel avait déjà été évoqué la semaine dernière par François Hollande. 

Rééquilibrer la loi Alur

Parmi les annonces attendues, une version corrigée du "dispositif Duflot", ces avantages fiscaux accordés aux propriétaires qui investissent dans un logement pour le louer. Il s'agirait non seulement d'accentuer davantage ces réductions d'impôt mais aussi d'autoriser à louer son bien à ses ascendants et descendants.

Autre idée évoquée : rééquilibrer la loi d'Accès au logement et à un urbanisme rénové (Alur). "Les investisseurs ont été traumatisés par certaines mesures de cette loi comme l'encadrement des loyers ou la garantie universelle des loyers. Ces dispositifs ont été ressentis comme devant être pris en charge par les propriétaires, voire comme une volonté de pénaliser les investisseurs", rappelle la FFB.

Le gouvernement pourrait également agir sur la fiscalité des terrains à bâtir pour doper la construction. Pour inciter les propriétaires à les vendre, plus longtemps ils garderaient leur terrain, plus la plus-value réalisée au moment de la vente serait taxée. L'inverse de ce qui se passe aujourd'hui.

PTZ insuffisant

Enfin, les prêts à taux zéro (PTZ) actuellement réservés aux logements neufs pourraient être étendus aux logements anciens. "Certes cela pourrait un peu aider les primoaccédants -ceux qui achètent un bien immobilier pour la première fois- mais ce n'est pas suffisant pour relancer le marché", souligne le président de la FFB, qui préconise plutôt "un différé des remboursements des annuités pour commencer à rembourser à partir de 10 ou 15 ans afin que la banque considère ce prêt comme un apport et non comme une bonification du taux". Celui-ci attend "des mesures fortes pour les primoaccédants, qui constituent le gros du marché". Mais cela ne semble pas la priorité pour le moment.

EN SAVOIR + >> 50 mesures pour doper la construction

Lire et commenter