Malabar, Carambar, Krema... ces bonbons mythiques repassent sous pavillon français

Malabar, Carambar, Krema... ces bonbons mythiques repassent sous pavillon français

MIAM - Ce mardi, les marques Malabar, Carambar, La Pie qui Chante ou encore Krema sont repassées sous drapeau français. Elles sont rassemblées dans un nouveau groupe d’une dizaine d’enseignes emblématiques de friandises : CPK, sous l'impulsion du propriétaire Eurazeo.

La friandise française reprend des couleurs. Ce mardi, les marques Malabar, Carambar,  La Pie qui Chante ou encore Krema sont repassées sous pavillon français. Toutes ces marques, qui comprennent également les pastilles Vichy, le chocolat Poulain ou encore les rochers Suchard sont rassemblées dans un nouveau groupe d’une dizaine d’enseignes emblématiques friandises. Un groupe portant le nom de CPK, a indiqué son propriétaire, la société d'investissement Eurazeo, dans un communiqué.

La société d'investissement française, qui avait racheté à l'Américain Mondelez fin mars 2016 ce portefeuille de sucreries, dont le chiffre d'affaires est d'environ 250 millions d'euros, a annoncé la finalisation de son investissement.

L'objectif : "donner naissance à un champion du secteur"

Près de 35 millions d’euros vont être injectés "à l'horizon 2020" pour moderniser les cinq sites français de production situés à Blois, Marcq-en-Baroeul, Saint-Genest, Strasbourg et Vichy (750 collaborateurs). L’objectif : que 100% des produits du Groupe soient Made in France. Entre-temps, l’américain Mondelez International "continuera d'assurer une partie décroissante de la production de certains produits".

La stratégie consiste à augmenter les volumes produits dans les usines "grâce à la redynamisation des marques héritage du portefeuille" pour "donner naissance, à terme, à un champion de son secteur", selon le communiqué. CPK, qui emploie au total 900 salariés et dont la valeur d'entreprise est estimée à 157 millions d'euros, va quasiment tripler les investissements marketing et publicité par rapport à ceux de Mondelez.

Une croissance de 20% dans le viseur

Le groupe a pour objectif de "réaliser une croissance organique supérieure à 20% pour les marques du groupe" et de générer une marge d'excédent brut d'exploitation "d'environ 15%" d'ici à cinq ans.  

Selon le Syndicat national de la confiserie, les entreprises de confiserie françaises ont produit 228.000 tonnes de pâtes de fruits, caramels et autres bonbons et chewing-gum en 2015, pour un chiffre d'affaires de plus d'un milliard d'euros.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : le régulateur britannique recommande de limiter le vaccin AstraZeneca aux plus de 40 ans

"Je n'avais jamais subi une telle violence" : le maire de Nice Christian Estrosi annonce qu'il quitte Les Républicains

Covid-19 : voisin de l'Inde, le Népal pourrait faire face à une situation encore plus incontrôlable

EN DIRECT - Procès Lelandais : "J'ai dit ce qui s'est passé", conclut l'ancien maître-chien

Féminicide à Mérignac : "Ça s'est joué à une seconde", témoigne un voisin qui a tenté de s'interposer

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.