Margrethe Vestager, la "reine" de Bruxelles qui met Google à l’amende

ÉCONOMIE

PERSONNALITE – "Le pire cauchemar des multinationales", "la reine", "la Dame de fer"… Les surnoms ne manquent pas pour désigner Margrethe Vestager, la commissaire européenne qui a infligé une très lourde amende à Apple. Cinq choses à savoir sur cette femme à poigne.

Une solide expérience ministérielle 

A seulement 48 ans, l’ex patronne du parti  social-démocrate danois a un CV déjà très fourni. Après un master d’économie à l’Université de Copenhague, elle passe au ministère des Finances danois avant de devenir, à partir de 1998, et à 29 ans,  la plus jeune ministre danoise en prenant la tête du ministère de l’Education. Poste qu’elle occupera trois ans. A l’issue des élections législatives, elle accède en 2011 au ministère l’Economie, une mission taillée à sa mesure. Sur le plan privé, Margrethe Vestager, qui nourrirait une passion pour le tricot, est mariée et mère de trois enfants. 

Son action à la Commission

Margrethe Vestager est nommée commissaire européenne à la concurrence en novembre 2014. Rapidement, elle fait montre de sa combativité, ravivant la politique antitrust de Bruxelles, six mois seulement après sa nomination. Il faut dire que la jeune commissaire n’a pas froid aux yeux en s’attaquant à deux géants : le gazier russe Gazprom et l’américain Google, pour pratiques anticoncurrentielles pour le premier, abus de position dominante pour le second. C’est à elle également que l’on doit l’amende record de près de 3 milliards d’euros infligée cet été au "Cartel des camions", impliquant six constructeurs.  

Le coup d’éclat contre Apple

Avec Apple, Margrethe Vestager a frappé un grand coup en lui demandant de rembourser 13 milliards d'impôts non perçus entre 2003 et 2014. Les règles sont les règles a souligné l’implacable commissaire  en commentant l’amende infligée à la marque à la pomme : "Les États membres ne peuvent accorder des avantages fiscaux à certaines entreprises triées sur le volet. Cette pratique est illégale au regard des règles de l’UE en matière d’aides d’État."

Inspiratrice de la série Borgen  

Si la grande majorité des Européens vient de faire sa connaissance, Margrethe Vestager est maintenant une figure ancienne et respectée de la politique danoise.  Sa personnalité a même inspiré la célèbre Birgit Nyborg, héroïne de la série danoise à succès" Borgen, femme de pouvoir".  Comme elle, Birgit est une femme politique centriste indéniablement douée qui prend la tête de son parti, puis accède aux responsabilités au Danemark. La  commissaire européenne ne boude d’ailleurs pas la comparaison, comme elle l’avoue au journal belge L’Echo en mai 2015 : "Son parti politique ressemble au mien, elle relève plein de défis. Et son mari est aussi professeur (rire)."

Les dossiers sur le bureau de la Commissaire 

Outre Google et Gazprom, Margrethe Vestager a plusieurs autres dossiers brûlants en souffrance. La Commission doit notamment rendre prochainement sa décision sur un autre géant américain de la nouvelle économie : Amazon, soupçonné d’avoir bénéficié d’aides d’Etat illégales de la part du Luxembourg. Egalement dans le viseur de la commissaire en charge de la concurrence : McDonald’s. 

Lire et commenter