Nationalisation des chantiers navals STX : tiens, revoilà Montebourg et son "made in France"

ÉCONOMIE

JE VOUS L'AVAIS BIEN DIT - Arnaud Montebourg n’a pas tardé à réagir à l’annonce de la nationalisation des chantiers navals STX de Saint-Nazaire. L’ancien ministre de l’Économie sous le quinquennat précédent s’est fendu d’un tweet ironique, rappelant au passage qu’il avait déjà soutenu cette idée il y a plusieurs mois.

Arnaud Montebourg a beau être en retrait depuis l’élection d’Emmanuel Macron, il ne perd pas une occasion pour revendre le "made in France"... et s’il peut en même temps tacler avec ironie le nouveau gouvernement, c’est encore mieux.

Alors que l’actuel ministre de l'Économie, Bruno Le Maire a annoncé ce jeudi après-midi la nationalisation temporaire des chantiers navals STX de Saint-Nazaire, Arnaud Montebourg a rapidement réagi sur Twitter, pour se féliciter de voir sa doctrine du "made in France" faire de nouveaux adeptes.

Si Arnaud Montebourg s’empare aussi rapidement su sujet, c’est parce qu’il avait lui-même réclamé la nationalisation temporaire en janvier dernier, alors qu’il était candidat à la primaire de la gauche.

A l’époque, le candidat Montebourg avait demandé au gouvernement de prendre le contrôle des chantiers à 51% par l’Etat ou par une entreprise publique pour obtenir à terme une alliance plus équilibrée entre les Italiens et les Français. Arnaud Montebourg voulait surtout éviter que l’entreprise italienne Fincantieri soit majoritaire au capitale de STX.

Une manière de rappeler à l'actuel gouvernement que le sens de l'histoire lui donne finalement raison.

En vidéo

Bruno Le Maire annonce la nationalisation temporaire de STX

Lire aussi

Avec ce tweet, l'ancien ministre semble aussi faire allusion à l'épisode Florange, il y a tout juste cinq ans, dans les premiers mois du quinquennat de François Hollande.

En vidéo

Florange, symbole d'un échec industriel et politique

 Arnaud Montebourg s'était battu sur ce dossier pour que l'aciérie ArcelorMittal soit nationalisée temporairement. François Hollande avait finalement choisi de ne pas l'écouter.

Et aussi

Lire et commenter