New York : Airbnb tente d’éviter un alourdissement des sanctions contre ses clients

New York : Airbnb tente d’éviter un alourdissement des sanctions contre ses clients

LOGEMENT - Face à une loi qui veut fortement alourdir les sanctions contre les propriétaires louant leurs biens via Airbnb à New York, le site de location tente de donner des gages de bonnes conduites.

Airbnb tente de rassurer les autorités new-yorkaises. Le site de location fait face à une loi votée en juin dernier par le Sénat de l’Etat de New York. Cette loi durcit l’interdiction de la publication d’annonces sur le site pour la location de logement d’une durée inférieure à 30 jours. 

Les loueurs d’Airbnb s’exposeraient ainsi à des amendes de 1000 dollars pour une première infraction, puis 5000 pour la seconde et 7500 en cas de nouvelle récidive. Plus de la moitié des quelque 40.000 logements disponibles à New York ne respectent en effet pas la nouvelle disposition, selon les élus qui ont rédigé la nouvelle loi. 

Interdire la location de plusieurs logements par un seul hôte

De quoi dissuader les clients du site avec, à la clé, des pertes conséquentes pour la société californienne qui enregistre dans la Grosse Pomme son plus important volume de transactions après Paris. 

Le texte est actuellement sur le bureau du gouverneur de l’Etat. Il dispose encore d’une semaine pour le promulguer ou opposer son veto. Afin de donner des gages de bonnes conduites aux autorités locales, Airbnb a exposé mercredi une série de mesures contraignantes pour ses clients. En priorité, la société  propose d’interdire la location de plusieurs logements par la même personne. La disposition sera effective dès le 1er novembre prochain, affirme la plate-forme. 

Airbnb accusé de raréfier l’offre locative

Airbnb pourrait également instaurer le principe d’un  fichier de loueurs qu’elle communiquerait aux autorités afin de faciliter les contrôles. Elle prévoit aussi la mise en place d’un service pour recueillir les plaintes des voisins. Enfin, Airbnb réitère la proposition de collecte automatique des différentes taxes auxquelles son activité est soumise. 

Autant de promesses qui ne rassurent pas les détracteurs du site. Ils sont convaincus que ces nouvelles règles n’empêcheront pas les dérives. A New York, comme à Paris notamment, la location de meublés sur de courtes périodes du type Airbnb est notamment accusée de raréfier l’offre locative dans des villes où le marché immobilier est déjà extrêmement tendu. Et donc de participer à la hausse des prix.  Selon une étude d’un collectif d’élus et de résidents publiée cet été, les quartiers new-yorkais où les prix augmentent le plus rapidement sont aussi ceux où l’activité d’Airbnb est la plus importante. Or les règles contraignantes prises ces dernières années pour encadrer cette activité n’ont pas enrayé l’explosion du nombre de locations. 

Une activité florissante malgré l’encadrement

A Paris par exemple, les propriétaires qui s’adonnent à ce type de transaction en l’absence d’autorisation s’exposent à une amende pouvant atteindre 25 .000 euros par logement, avec de lourdes astreintes (jusqu’à 1 000 euros par jour et par mètre carré). Les syndics ont également la possibilité de poursuivre les hôtes dans le cas où le règlement de copropriété n’autorise pas cette pratique. En 2015, les 392 enquêtes menées sur l’activité de location de meublés temporaires ont abouti à un total de 149.500 euros. 

Pas de quoi refroidir les loueurs. De mi-juin à mi-septembre, Airbnb a ainsi enregistré une hausse de 20% de clientèle sur la destination parisienne alors que les hôteliers ont subi une baisse. En tout, un demi-million de voyageurs s’est logé dans la capitale au cours de la période estivale pour une durée de séjour moyenne de 4 jours. 

En vidéo

VIDÉO - Airbnb : quels droits pour les propriétaires ?

Lire aussi

    Sur le même sujet

    Les articles les plus lus

    Covid-19 : en Allemagne, les restrictions contre les non-vaccinés divisent

    Congrès LR pour la présidentielle 2022 : Éric Ciotti et Valérie Pécresse exposent leurs différences sur LCI

    Variant Omicron et 5e vague du Covid : un nouveau conseil de défense sanitaire prévu lundi

    Pourquoi Emmanuel Macron se rend-il aux Émirats, au Qatar et en Arabie saoudite ?

    Covid-19 : l'Allemagne impose des restrictions drastiques aux non-vaccinés

    Lire et commenter
    LE SAVIEZ-VOUS ?

    Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

    Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.