Non, Bercy n'a pas ouvert de département secret pour traquer la fraude et l'évasion fiscale des contribuables juifs

Non, Bercy n'a pas ouvert de département secret pour traquer la fraude et l'évasion fiscale des contribuables juifs

DirectLCI
DÉMENTI - Ce jeudi, le quotidien financier israélien Globe a lâché une "bombe" : l'administration fiscale française aurait créé un "département secret" chargé de débusquer les fraudes fiscales, spécialisé sur une cible bien précise : les Français juifs. Bercy n'a pas tardé à démentir, non sans ironie.

“Tranquillement, sous le radar, un département secret a récemment ouvert ses portes dans le seul but de faire face à l’évasion fiscale des Juifs de France”, dénonçait ce jeudi le journal financier israélien Globes. En clair, une cellule de l'administration fiscale, composée de 20 salariés parlant hébreu – et qui s'apprêterait à en embaucher cinq de plus – aurait pour but de traquer les contribuables juifs. Une révélation choc qui s'est répandue comme une traînée de poudre sur les réseaux sociaux. Le journal Le monde juif  n'a pas hésité pas à faire un parallèle avec "le régime antisémite de Vichy et son 'Bureau des questions juives', en charge de préparer et d’appliquer la politique discriminatoire vis-à-vis des Juifs de France". Rien que ça. L'information semble pour le moins étonnante. Le quotidien le reconnaît lui-même dans son article : "Ceci est particulièrement déroutant quand il s’agit de la France, qui se définit comme une république laïque, qui s’abstient de 'marquer' les gens en fonction de leur religion”. 


Mais Globes, plutôt connu pour son sérieux en la matière, donne le sentiment d'avoir mené l'enquête. L'administration française se serait intéressée spécifiquement à cette communauté après l'ouverture d'"un certain nombre d’enquêtes internationales contre des Français soupçonnés de fraude fiscale et d’évasion fiscale d’une ampleur considérable et de blanchiment d’argent en Israël à travers des achats immobiliers". Israël, nouveau paradis fiscal pour les investisseurs immobiliers ? Pour étayer ses propos, le journaliste à l'origine de l'article aurait rencontré un homme, d'origine juive, qui aurait justement été convoqué par ce service spécial, caché au 13ème étage de Bercy, pour s'expliquer sur des actifs acquis en Israël, mais non déclarés en France. 

Un démenti "catégorique"

Du solide ? On peut en douter. Déjà, interrogé par Globes, l'ambassade française à Tel Aviv avait nié l'existence d'un tel service. “Les autorités françaises luttent contre la fraude fiscale et mènent des enquêtes sur des cas individuels, conformément aux accords internationaux.  Nous nions l’existence d’une telle division secrète”, assurait-elle. Ce vendredi, c'est carrément Bercy qui a tenu à mettre les points sur les i. "La Direction Générale des Finances Publiques dément de la manière la plus catégorique les affirmations dénuées de tout fondement publiées ce jour dans le journal Globes sur la 'création au sein de l'administration fiscale française d'un département qui serait spécialisé dans les juifs français'", assurent les autorités, dans un communiqué


Elles soulignent également que "la législation fiscale française interdit toute distinction qui serait opérée sur des personnes sur le fondement de leur origine, de leur lieu de résidence ou de leur appartenance à une nation ou une religion déterminée." Et pour clôre définitivement l'affaire, la Direction Générale des Finances publiques dit regretter "que l'auteur de l'article n'ait pas eu la sagesse de vérifier ces informations auprès d'elle." Pleine d'ironie, elle souligne que son "immeuble ne compte que 9 étages et ne peut donc abriter une prétendue cellule spécialisée au 13ème étage."

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter