Objet de tous les débats, le passeport sanitaire existe en fait déjà

L'application Travel Pass de IATA permet d'afficher à la demande son statut vaccinal et ses résultats de tests PCR

SÉSAME - Si en France comme en Europe, le sujet n'est pas encore tranché, on peut déjà voir à quoi ressemblerait un passeport sanitaire numérique inventé par les compagnies aériennes, une application qu'utilisent désormais plusieurs d'entre elles.

L'application s'appelle Travel Pass, on la doit à l'Association Internationale du Transport Aérien (IATA), qui représente 290 compagnies aériennes de par le monde. Un chantier logique, tant ces dernières sont au cœur de la lutte contre la transmission du virus par-delà les frontières, à la fois premières victimes économiques de la pandémie, mais aussi chargées du contrôle des mesures sanitaires exigées des voyageurs. Une application simple pour l'utilisateur, qui pourrait à la demande y montrer les résultats certifiés de son dernier test de dépistage, et demain son statut vaccinal. Une simplicité qui cache en fait la grande complexité d'un laisser-passer capable de fonctionner dans le monde entier.

Toute l'info sur

Le monde commence à se vacciner contre le Covid-19

Si les transporteurs ont pris le problème à bras le corps, c'est parce qu'il les concerne au premier chef. Au niveau politique en revanche, l'opportunité même d'un sésame sanitaire obligatoire ne fait pas encore l'unanimité. À la Commission de Bruxelles, on exclut d'ores et déjà l'idée d'un "passeport", préférant parler de "certificat européen" qui permettrait de traverser les frontières, alors que plusieurs pays réclament la mise en place de nouveaux contrôles de tests PCR, et plus tard de vaccination, pour passer les frontières intérieures de l'UE. Les chefs d'État de l'UE virtuellement réunis ce jeudi 21 janvier doivent d'ailleurs en discuter. La Commission se donne jusqu'à la fin de ce mois pour décider de la marche à suivre.

Lire aussi

Sans surprise, du côté des compagnies aériennes, on presse les politiques d'avancer sur la question, et d'adopter si possible au passage la solution de IATA, un Travel Pass à visée globale, et un système livrable clé en main, que les compagnies ont jusque-là développé à leurs frais, probablement pour éviter d'avoir à gérer des systèmes hétéroclites, pays par pays. "Nous avons besoin que les gouvernements travaillent ensemble plus efficacement", déclare dans un communiqué Alexandre de Juniac, directeur général de l'IATA et ex-patron d'Air France, "les décisions unilatérales ont eu pour effet de démanteler le trafic international, il faudra de la coordination pour le reconstruire." 

Un système pour combattre la fraude aux faux tests PCR

Si le voyageur n'en verra que l'application mobile, le système Travel Pass cache en fait une infrastructure qui connecte gouvernements, monde médical, et compagnies aériennes. Les gouvernements peuvent y mettre à jour les mesures sanitaires pour entrer sur leur territoire, et la liste des centres de dépistage et de vaccination, ces derniers ainsi que les laboratoires peuvent mettre à jour vos résultats de tests ou les dates de vos vaccinations. Les compagnies, elles, profiteront d'une information fiable et centralisée pour vérifier si oui ou non un passager peut embarquer. Un système qui permettrait aussi de combattre la fraude aux faux résultats de tests PCR présentés aux guichets des aéroports.

En vidéo

L’idée d'un passeport vaccinal relancée en Europe ?

La raison qui fait objectivement de l'IATA un artisan de choix pour gérer l'application, c'est d'abord que l'organisation est internationale, et qu'elle gère déjà des systèmes informatiques complexes, comme ceux qui savent dire aux agents d'enregistrement des aéroports si la pièce d'identité ou le visa que vous leur présentez vous permet bien de voyager jusqu'à la destination inscrite sur votre billet. Un système baptisé Timatic, qui sait gérer toutes les combinaisons de points de départ et d'arrivée, et des contraintes administratives qui dépendent tant de votre destination et des escales éventuelles sur votre trajet, que de votre nationalité, ou votre pays de résidence. C'est d'ailleurs Timatic qui va servir ici de point central pour permettre aux voyageurs et aux compagnies aériennes de vérifier les mesures exigées - tests PCR et/ou antigéniques, vaccination - pour telle ou telle destination.

Déjà en service pour deux compagnies aériennes

Développé depuis l'été, le système a déjà été testé en fin d’année 2020 avec les compagnies du groupe IAG (British Airways, Iberia, Aer Lingus, Vueling). Aujourd’hui, deux compagnies émiraties - Etihad et Emirates - viennent d’annoncer le lancement du Travel Pass sur leurs lignes. L'application mobile devrait arriver rapidement sur iPhone et au deuxième trimestre sur Android. L’IATA promet que l’usage du système sera gratuit par les passagers, États et compagnies prenant en charge son financement. Dernière promesse de Travel Pass : la protection des données. IATA explique ainsi que les informations des utilisateurs leur appartiennent, qu'ils sont les seuls à y avoir accès, et qu'elles ne sont révélées à l'écran qu'avec leur validation systématique. Une version papier de son statut face au virus ou au vaccin sera d'ailleurs disponible, au choix, pour les voyageurs sans smartphone, ou pour ceux qui préfèrent ne pas utiliser l'application.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : près de 20.000 nouveaux cas ce dimanche

Face au risque d'un confinement national, "il y a encore de l'espoir", estime Jérôme Salomon

Désormais autorisé dans les cabinets médicaux, le vaccin AstraZeneca est en forte progression

PHOTO - La Nasa publie une vue panoramique de Mars prise par Perseverance

Valérie Pécresse juge inéluctables de nouvelles restrictions en Ile-de-France

Lire et commenter