Pacte de responsabilitié : comment ont fait nos voisins

Pacte de responsabilitié : comment ont fait nos voisins

ECONOMIE
DirectLCI
EMPLOI - A l'heure où la France s'engage dans une réduction des charges payées par les entreprises pour relancer l'emploi, metronews s'est intéressé à trois pays européens qui ont déjà mené une réforme similaire. Le gouvernement peut-il tirer des leçons de ces exemples ? Eléments de réponse.

Allemagne
Souvent citée comme modèle, l'Allemagne a engagé ces dix dernières années une refonte de son économie, qui place aujourd'hui le pays parmi les locomotives économiques mondiales. Lancée par Angela Merkel en 2007, la diminution des cotisations chômage a conforté la compétitivité des entreprises allemandes. Elle a été financée par l'instauration d'une TVA sociale (qui est passée de 16% à 19%). Les entreprises bénéficiaient déjà, depuis 2003, des effets des douloureuses réformes menées par Gerhard Schröder, accentuant la pression sur les chômeurs et les salaires. Résultat, le taux de chômage a bien été divisé par deux en six ans ; mais la pauvreté a progressé dans le pays, notamment parmi les travailleurs. Des conséquences sociales lourdes, que François Hollande ne semble pas prêt à assumer.

Danemark
En 1987, le Danemark s'est engagé dans une vaste réforme de son système fiscal, dont l'une des principales mesures a été la quasi-suppression des cotisations sociales versées par les employeurs. Les entreprises danoises sont alors devenues parmi les moins prélevées d'Europe. Aujourd'hui le modèle social danois, particulièrement protecteur, est donc largement financé par les ménages, parmi les plus imposés d'Europe. Un transfert du poids de la sécurité sociale que la France, qui a déjà porté les impôts à un niveau record, peut difficilement envisager.

Pologne
La fiscalité des entreprises polonaises a été bouleversée par l'intégration du pays à l'Union européenne en 2004. A cette occasion, le taux de l'impôt sur les sociétés a reculé de 27% à 19%. Une mesure portée par une croissance enviable d'environ 5%. Dans ces conditions, le pays a attiré nombre d’entreprises et l'effet sur l'emploi a été plus que positif, le pays ramenant alors son taux de chômage de 18% à 7% en trois ans. Là encore, la France, en panne de croissance, ne peut s'inspirer que partiellement de l'exemple polonais.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter