Paradis fiscaux : selon une ONG, les banques européennes continuent d'en profiter

Paradis fiscaux : selon une ONG, les banques européennes continuent d'en profiter
ÉCONOMIE

EXIL - Les banques européennes déclareraient un quart de leurs bénéfices dans des paradis fiscaux, selon une étude de l'ONG Oxfam. Les banques françaises y sont plutôt actives.

Elles ont une préférence pour le Luxembourg, Hong-Kong et l’Irlande. Selon une étude d'Oxfam publiée ce lundi, les vingt plus grandes banques européennes déclarent un quart de leurs bénéfices (26% précisément) dans des paradis fiscaux. Cela représentait "25 milliards d’euros en 2015, mais seulement 12 % de leur chiffre d’affaires et 7 % de leurs employés", note l’ONG britannique qui souligne un décalage flagrant entre la part des bénéfices déclarés et les indicateurs d’activités tels que le chiffre d’affaire et la main-d’œuvre.

Ces établissements déclareraient même 628 millions d’euros de bénéfices dans des paradis fiscaux où ils n’ont aucun employé.

Impunité totale

Cette "utilisation abusive des paradis fiscaux" peut permettre aux banques de "délocaliser artificiellement leurs bénéfices pour réduire leur contribution fiscale, faciliter l'évasion fiscale de leurs clients ou contourner leurs obligations règlementaires", explique l’Oxfam dans son document. 

Au travers de son étude, réalisée en partenariat avec le réseau Fair Finance Guide International, l’organisation dénonce "l’impunité totale" de ces grandes banques.  L'ONG et le réseau Fair se sont appuyés sur des données pays par pays dont la publication a été rendue obligatoire par l’Union européenne à des fins de transparence.

L'Irlande, paradis bancaire

Selon l'organisme, les activités des vingt banques en question sont plus de deux fois plus lucratives dans les paradis fiscaux que dans les autres pays."Pour 100 euros de chiffre d’affaires, les banques européennes  déclarent 42 euros de bénéfices dans les paradis fiscaux, contre 19 euros en moyenne", explique l'étude. Aux Caïmans, 100 euros de chiffres d'affaires déclarés peuvent même rapporter 167 euros de bénéfices.

En Irlande, cinq banques coulent en ce moment des jours heureux. Selon Oxfam, la britannique RBS, la française Société Générale, l'italienne UniCredit et les espagnoles Santander et BBVA ont "obtenu une rentabilité supérieure à 100% et dégagent plus de bénéfices qu'elles ne font de chiffre d'affaires". D'après l'ONG, les banques étudiées sont imposées en moyenne à 6%, et descend pour certaines à 2%, "bien en deçà du taux normalement en vigueur de 12,5%, déjà le plus faible de l'Union européenne".

Lire aussi

5,5 milliards d'euros de bénéfices déclarés pour les banques françaises

Au-delà de la Société Générale en Irlande, les banques françaises sont plutôt actives dans l'ensemble ces paradis fiscaux. Société Générale, BNP Paribas, BPCE, Crédit Agricole, Crédit Mutuel – CIC y  ont ainsi déclaré 5,5 milliards d’euros de bénéfices en 2015.

BNP Paribas et Société Générale restent les plus gros consommateurs français des paradis fiscaux et y déclarent respectivement 3,2 milliards d’euros et 1,3 milliards d’euros.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent