Pour faire face aux fermetures de classes, le chômage partiel revient en première ligne

Pour faire face aux fermetures de classes, le chômage partiel revient en première ligne

SOUS CONDITIONS - Avec le durcissement des mesures sanitaires à l'école, le nombre de classes fermées explose. Pour garder leurs enfants à la maison, les parents peuvent accéder au chômage partiel, mais pas dans tous les cas.

Au moins, la règle est simple, même un élève de maternelle peut la comprendre : désormais, Il suffit d'un seul cas avéré de Covid dans une classe pour que celle-ci ferme. Le nouveau tour de vis sanitaire imprimé aux écoles est entré en vigueur et ses effets sont déjà visibles. Ainsi, à Paris, la mairie a communiqué ses derniers chiffres, qui se passent presque de commentaire : du lundi 29 au mardi 30 mars, le nombre de classes fermées dans la capitale a tout simplement doublé, passant de 248 à la fin du weekend à 473 ce mardi. Et ce n'est que le début de la semaine.

Toute l'info sur

La France face à une 3ème vague d'ampleur

Pour les familles, la crête des chiffres de l'épidémie et les nouvelles règles de l'Éducation nationale ont un goût de printemps 2020, quand tant enfants que parents s'étaient retrouvés confinés, à la maison. Pour les enfants, c'est la classe à distance qui peut reprendre, mais c'est pour les parents que la question se pose avec plus d'acuité : si la classe de mon enfant est fermée, puis-je arrêter de travailler pour le garder ?

Lire aussi

Télétravail, âge limite : comment cocher les cases du chômage partiel

La réponse est oui, à condition de remplir certaines conditions. Comme le rappelle le ministère du Travail sur son site, les salariés contraints à garder leur enfant à la maison pour raison sanitaire peuvent bénéficier de l'activité partielle. Dans la pratique, il faut présenter à son employeur un justificatif attestant de la fermeture de l'établissement scolaire ou de la classe, ou à défaut le document reçu de l'assurance maladie qui identifie l'enfant comme un cas contact. Il faudra également déclarer sur l'honneur que l'on est le seul des deux parents à bénéficier du dispositif, et qu'aucun des deux ne peut télétravailler. Attention : pour y être éligible, il faut que l'enfant concerné par la fermeture de classe ait moins de 16 ans. Des règles rappelées ce matin par la ministre du Travail, Elisabeth Borne, au micro de nos confrères d'Europe 1.

Le temps de ce confinement forcé, le salarié sera indemnisé par la collectivité, à hauteur de 70% de son salaire brut habituel, soit 84% environ du salaire net, un taux qui doit passer à 60% au premier mai prochain, même si la reprise épidémique pourrait pousser l'exécutif à proroger certaines mesures en vigueur actuellement. Un régime différent existe pour certaines professions non-salariées, comme les indépendants, les agriculteurs, ou les professions libérales. Pour eux, c'est le fonds de solidarité qui peut prendre le relai de la perte d'activité qu'entraîne la garde d'un enfant.

En vidéo

Écoles : les fermetures de classes se multiplient

Si tout ce qui précède ne concerne que les salariés du privé, les fonctionnaires n'ont pas été oubliés. Eux peuvent profiter d'une procédure comparable, au travers d'une autorisation spéciale d'absence, sur production des mêmes justificatifs, pour une indemnisation à 100% de leur traitement habituel. Dans tous les cas, le dispositif s'applique dès le premier jour de l'arrêt de travail, et au plus tard jusqu'à la fin de l'isolement de l'enfant.

L'économie vous intéresse ? Alors découvrez le podcast de l'émission "Perri Scope"

Écoutez ce podcast sur votre plateforme d'écoute préférée ! 

Tous les jours, Pascal Perri reçoit les meilleurs experts, économistes, chefs d'entreprise, représentants du monde du travail pour des conversations économiques éclairées et des échanges respectueux mais sans concession.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

42 jours au lieu de 28 entre deux doses de Pfizer et de Moderna : sur quoi se base Olivier Véran ?

Le vaccin Johnson & Johnson arrive ce lundi en France : ce qu'il faut savoir

Éruption de la Soufrière à Saint-Vincent : des milliers d'évacuations dans la panique

EN DIRECT - Le pic de la 3e vague atteint ? "Nous devons encore tenir", prévient Véran

Dîners clandestins : Brice Hortefeux plaide la bonne foi, Alain Duhamel se dit "piégé"

Lire et commenter