Pourquoi les patrons descendent dans la rue ce lundi

Pourquoi les patrons descendent dans la rue ce lundi

MANIFESTATION - Les chefs d'entreprise descendent lundi dans la rue à Paris et Toulouse. Ils estiment que les mesures prises par le gouvernement vont les fragiliser un peu plus, en pleine crise économique.

On connaissait les manifestations syndicales, c'est désormais le patronat qui descend battre le pavé dans la rue. A l'appel de la CGPME, principal syndicat des patrons de PME, les chefs d'entreprise sont appelés à manifester leur mécontentement lundi, à Paris et à Toulouse. En cause, les différentes mesures prises par trente ans de gouvernements successifs, qui ont "progressivement étouffé les entreprises de toutes tailles par une accumulation de charges, de contraintes, de taxes et de sanctions", résume l'appel à la mobilisation.

Des mesures "inapplicables en l'état"

Pour Jean-François Roubaud, président de la CGPME, deux mesures résument l'excès de législation. La première, c'est la mise en œuvre du compte pénibilité , dénoncé depuis maintenant plusieurs mois par toutes les organisations patronales. "C'est totalement inapplicable en l'état. Il faudrait pouvoir contrôler individuellement les tâches pénibles pour chaque employé, ce qui est impossible dans une PME", explique-t-il à metronews.

Deuxième reproche, l'obligation à compter du 1er janvier 2015 de faire travailler les salariés à temps partiel au moins 24 heures par semaine. "Cette décision a été prise pour répondre à un problème que l'on comprend très bien, celui des caissières dans les supermarchés. Mais le gouvernement a choisi de créer une loi qui s'applique à tout le monde", se lamente le patron des petits patrons. Selon lui, cela va conduire les chefs d'entreprise à ne plus engager de salariés à temps partiel. "A un moment où l'on cherche à créer de l'emploi, on ne peut même plus travailler à mi-temps", regrette-t-il encore.

"Ce n'est pas dans notre culture"

Les chefs d'entreprises se laisseront-ils convaincre d'aller manifester ? "Ce n'est pas dans notre culture, c'est évident", convient Jean-François Roubaud. Qui veut pourtant croire au succès de l'opération. Selon lui, 2000 à 3000 patrons sont ainsi attendus dans les rues de Paris, et près de 1500 à Toulouse. "J'ai tout essayé pour convaincre le gouvernement que ces mesures étaient impossibles à gérer par nos entreprises. Mais en dépit de tous les dialogues que j'ai pu avoir avec lui, les députés et les sénateurs, rien ne se fait. Peut-être qu'en descendant dans la rue, nous serons enfin entendus…", espère le président de la CGPME.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Covid-19 : à peine adopté, le pass vaccinal déjà obsolète face à Omicron ?

Variant Omicron : le vaccin favorise-t-il l'infection au Covid via des "anticorps facilitants" ?

Jean-Michel Blanquer a annoncé le protocole sanitaire de la rentrée... depuis Ibiza

Un patient atteint de pneumothorax s'est-il vu refuser le droit d'être opéré parce qu'il était non-vacciné ?

Un étudiant britannique se retrouve seul à bord d'un vol entre le Royaume-Uni et la Floride

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.