Primark : l'enseigne low cost ouvre un dixième magasin en France

Primark : l'enseigne low cost ouvre un dixième magasin en France
ÉCONOMIE

SHOPPING - Trois ans après avoir envahi Marseille, l'enseigne irlandaise d'habillement pas cher ouvre à Evry (Essonne), ce mercredi, son dixième magasin en France. Un espace de 4200 mètres carrés dans le centre commercial Evry 2.

Comme à chaque nouvelle inauguration, la direction de l'enseigne irlandaise Primark s'attend à une affluence record ce mercredi pour l'ouverture de son dixième magasin en France dans le centre commercial Evry 2. Et pour cause, le public pourra y trouver des prix cassés (en moyenne 4 à 6 euros par article) et un large choix de produits allant du prêt-à-porter à l’accessoire en passant par la chaussure et la maison.

"Notre positionnement consiste à être le moins cher du marché. C’est notre 'territoire de marque'", rappelle dans LeMonde.fr, Christine Loizy, la directrice générale de Primark France. Une politique qui fonctionne plutôt bien. Ainsi, le Primark d'Evry sera le quatrième magasin en Ile-de-France, avec un espace de plus de 4000 mètres carrés. Et dès 2017, une cinquième boutique devrait ouvrir en Seine-et-Marne.

Mais l'enseigne veut aller encore plus loin. Prochain défi, s'installer à l'intérieur des villes. Cela devrait être le cas dès l’an prochain, car Primark a repris l’immeuble des Galeries Lafayette dans le centre de Toulouse.

Lire aussi

    Des conditions de travail pointées du doigt

    Pour autant, malgré tous ces succès, l’envers du décor fait beaucoup moins rêver. Si la chaîne affirme que 74% de ses salariés sont fiers de travailler pour la marque, la réalité semble différente si l’on en croit une enquête menée par le magazine Boutique2Mode en juillet.

    Des conditions de travail difficiles : rupture abusive de périodes d’essais, arrêts maladie non payés, ambiance de travail stressante… Comme le relate dans Boutique2Mode, un ancien salarié à Lyon : "Vous êtes épiés et surveillés comme le lait sur le feu en permanence.  Les chefs ne se gênent pas pour vous parler mal et vous rabaisser devant les clients. J’y ai eu le droit plus d’une fois. C’est plutôt humiliant". 

    "Vous êtes constamment mis sous pression par les managers pour que le magasin soit bien rangé et lorsque je leur ai finalement dit que je commençais à prendre des antidépresseurs, la superviseuse m’a ri au nez !", raconte une autre salariée.

    Tout commence en amont, dans les usines de confection d’Asie du sud-Est, au Bangladesh ou au Cambodge par exemple. C'est là-bas que la chaîne irlandaise tire ses prix bas car la main d'oeuvre y est très peu chère. Le problème c'est que les conditions d'emploi sont exécrables. 

    Des conditions exposées aux yeux du monde entier lors de l’effondrement du Rana Plaza au Bangladesh, qui avait provoqué la mort de 1127 ouvriers le 24 avril 2013. Primark, qui faisait partie des clients de l’usine, a dû verser 14 millions de dollars d'indemnités aux familles des victimes.

    Lire aussi

      Sur le même sujet

      Et aussi

      Lire et commenter

      Alertes

      Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent