Prix du gaz : nouvelle flambée sur les marchés, Macron plaide pour une action européenne commune

Prix du gaz : nouvelle flambée sur les marchés, Macron plaide pour une action européenne commune

ÉNERGIE - Les marchés du gaz connaissaient une nouvelle poussée de fièvre mercredi, propulsant les cours à des niveaux jamais vus. "Il ne faut jamais être trop dépendant d'une ressource d'énergie", a reconnu Emmanuel Macron.

Des prix multipliés par huit en six mois : le marché du gaz s'envole, avec une nouvelle poussée de fièvre ce mercredi. Une réaction à la fébrilité des investisseurs, devant une demande qui accélère et des stocks déprimés à l'orée de l'hiver. "Il faudra en tirer les conclusions dans la durée", a estimé Emmanuel Macron, qui en appelle désormais à l'Europe pour une action commune.

Concrètement, le cours européen de référence, le TTF néerlandais, s'est envolé ce mercredi à 162,15 euros peu avant 08h30. Un record, quand le prix du gaz britannique pour livraison le mois prochain a atteint 407,82 pence par thermie (une unité de quantité de chaleur). 

Toute l'info sur

La flambée des prix de l'énergie

Accélération très forte des prix

Interrogé par l'AFP, l'analyste de Commerzbank Carsten Fritsch voit dans cette accélération très forte des prix un "mouvement de panique et de peur" face à des stocks bas à l'approche de l'hiver dans l'hémisphère nord. La plupart des observateurs de marché mettent aussi en avant la demande asiatique, notamment chinoise.

Les contraintes environnementales limitant l'exploitation du charbon ont en effet entraîné de pénuries d'énergies mettant certaines usines au ralenti, ce qui entraîne un report soudain de la demande sur le gaz. Les analystes d'ING ajoutent un ensemble de facteurs composés "de prix élevés de l'électricité, d'une offre limitée en provenance de Russie et la possibilité d'un hiver plus froid". Le Kremlin a cependant affirmé mercredi que la Russie n'avait "rien à voir" dans l'envolée récente des prix du gaz.

"Nous sommes tous confrontés à un prix énergie qui montent fortement"

Face à cette hausse incontrôlée des cours, les responsables politiques tentent de réagir pour rassurer les consommateurs et limiter l'impact sur leurs factures de gaz. La France, accompagnée de l'Espagne, de la République tchèque, de la Grèce et de la Roumanie, a estimé mardi qu'une "approche commune" devait être adoptée en Europe pour tempérer cette flambée.

"Nous sommes tous confrontés à un prix énergie qui montent fortement", a commenté Emmanuel Macron depuis la Slovénie où il est en déplacement. Et d'ajouter : "On voit que l'énergie est un sujet de marché mondial et un sujet de géopolitique. Il y a des travaux en cours à la Commission européenne pour voir nos capacités d'agir en commun et de compléter des mesures prises au niveau national. Il nous faut surtout, dans la durée, tirer les conséquences de ces situations et ne jamais être trop dépendant d'une ressource d'énergie qui peut être attractive quand les prix sont bas, mais qui nous expose à des montées soudaines."

Le Premier ministre français Jean Castex a, lui, promis mardi "d'agir sur le levier fiscal en cas de nécessité", si "les cours internationaux du gaz ne rebaissent pas au printemps" 2022. "Ce qui importe pour les usagers, c'est que leur facture n'augmente plus", a insisté le Premier ministre interrogé lors des questions au gouvernement par la cheffe des députés PS Valérie Rabault, en assurant "protéger le pouvoir d'achat" des Français.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Que risquera-t-on en roulant sans pneus hiver après lundi prochain ? Le 20H vous répond

EN DIRECT - Procès du 13-Novembre - "Je voudrais dire quelque chose" : Salah Abdeslam s'adresse à la cour

"On marche sur la tête" : la colère monte face aux routes bloquées de la frontière franco-espagnole

VIDÉO – Un an de précipitations en 48h : la Sicile frappée par des inondations meurtrières

Plus de 5000 cas de Covid-19 par jour : peut-on déjà parler de "cinquième vague" de l'épidémie ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.