Plus riche que Bill Gates : qui est Amancio Ortega, le richissime et discret patron de Zara ?

DirectLCI
FORTUNE – À la faveur des fluctuations boursières, le patron d’Inditex, maison mère de Zara, s’est retrouvé quelques heures en tête du classement des personnalités les plus riches au monde, devant Bill Gates. Qui est Amancio Ortega ? LCI vous présente un homme aussi puissant que discret.

Gagner 1,7 milliards de dollars en quelques heures avant de les perdre tout aussi vite : voilà presque le quotidien d’Amancio Ortega. Mercredi et jeudi, à la faveur d’une conjoncture propice en bourse, le patron d’Inditex, maison mère de Zara, Massimo Dutti ou Bershka, s’est retrouvé temporairement propulsé en tête du classement des personnalités les plus riches au monde. 


Si Bill Gates, relégué dans le même temps en deuxième position, a depuis repris sa première place – vendredi la fortune de l’Américain était estimée par Forbes à 78,1 mds de dollars, contre 77,8 pour l’Espagnol – l’évènement illustre parfaitement la réussite expresse du boss du prêt-à-porter. 

Moins de 100 euros d’économies au départ

D’origine modeste, Amancio Ortega Gaona – son nom complet – nait en 1936 à Busdongo, dans le nord-ouest de l’Espagne. La famille Ortega vit alors au gré des affectations du père d’Amancio, cheminot. À 14 ans, alors qu’il vient de quitter les bancs de l’école, le futur patron de Zara part pour La Corogne où il se fait employer dans un magasin de vêtements. 


Treize ans plus tard, avec moins de 100 euros d’économies, il fonde Confecciones GOA (ses initiales inversées, ndlr), une société spécialisée dans la fabrication de peignoirs. La success-story est lancée. Amancio Ortega met progressivement en place ce qui fera la marque d’Inditex : le contrôle total de la chaîne de production, de la fabrication à la distribution. Une stratégie qui permet au groupe une hyperréactivité précieuse  dans le monde de la mode.  

Plus de 7000 boutiques ouvertes en 40 ans

Une réussite aussi rapide qu’exceptionnelle

En 1975, la première boutique Zara ouvre ses portes à La Corogne. Le charme opère. En quelques années seulement, la petite entreprise régionale devient un poids lourd national, puis continental et mondial avec l’ouverture en 1988 d’un magasin à Porto avant New-York l’année suivante.


Alors qu’Inditex compte désormais plus de 7000 points de vente et quelque 153.000 employés, Amancio Ortega ne la ramène pas. Prudent et pudique, il n’a ainsi jamais accordé d’interview aux médias. 

Réputé proche de ses employés

Marié deux fois et père de trois enfants, il a su rester proche de ses employés. S’il ne déjeune plus avec eux tous les jours à la cantine du siège d’Inditex à Arteixo (Galice) depuis qu’il a laissé la tête du groupe à Pablo Isla en 2012 (il reste néanmoins actionnaire majoritaire, ndlr), il continue de s’y rendre plusieurs fois par semaine. 


Malgré ses milliards, Amancio Ortega a su garder les pieds sur terre. 

VIDEO. Zara, Forever 21, Uniqlo... La fast-fashion plutôt que le luxe chez les jeunes

En vidéo

Zara, Forever 21, Uniqlo... La fast-fashion plutôt que le luxe chez les jeunes

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter