Rachat d'Alstom : General Electric et Siemens à l'Elysée lundi

Rachat d'Alstom : General Electric et Siemens à l'Elysée lundi

DirectLCI
ECONOMIE - Tandis qu'Alstom a annoncé dimanche soir poursuivre "sa réflexion stratégique" deux jours de plus, François Hollande reçoit les PDG de General Electric et de Siemens, respectivement lundi matin et après-midi. Les prochains jours s'annoncent décisifs pour l'avenir du groupe industriel français.

Les grandes annonces attendront. Les grandes manœuvres sont en cours. Alstom se donne en effet deux jours de plus pour sa "réflexion stratégique", a déclaré dimanche soir le groupe au sortir de son conseil d'administration. En attendant, son action restera suspendue à la Bourse de Paris, jusqu'à mercredi matin, où le groupe "informera le marché" de ses intentions, a-t-il fait savoir.

Parallèlement, François Hollande était sur le pied de guerre ce dimanche en convoquant une réunion au sommet sur le devenir des activités du fleuron industriel français, c onvoitées par deux géants, l'américain General Electric et l'allemand Siemens. Autour du chef de l'Etat, le Premier ministre, Manuel Valls, ainsi que les ministres de l'Economie Arnaud Montebourg et de l'Energie Ségolène Royal, ont "discuté de l’évolution du dossier, au regard des objectifs d’emploi, de localisation des activités et d'indépendance énergétique". La réunion finie, l'Elysée annonçait que le président recevrait lundi, dès 9h30, Jeffrey Immelt le PDG de General Electric.

Le PDG de Siemens aussi reçu par  Hollande

Si le groupe américain semblait avoir une longueur d'avance dans le rachat de la branche énergie en proposant une transaction estimée à dix milliards d'euros, Siemens est venu jouer les trouble-fête dimanche matin. Par le biais d'un courrier transmis au groupe français, l'Allemand lui a fait savoir qu'il était prêt à "échanger sur les questions stratégiques soulevées par une coopération future", redistribuant les cartes des négociations. Paris avait alors haussé le ton en affirmant souhaiter "disposer du temps nécessaire à un examen sérieux des propositions" sur la table. Le ministre de l'Economie Arnaud Montebourg avait reporté sine die son entrevue avec le patron américain Jeffrey Immelt. Qui sera donc reçu par le Président lui-même lundi matin. Le patron de Genral Electric ne sera pourtant pas le seul à discuter avec François Hollande. Dans l'après-midi, le chef de l'Etat recevra aussi le patron Siemens.

Si l'Etat n'est plus actionnaire d'Alstom depuis 2006, il s'est invité en force dans le dossier. Le poids lourd de l'industrie tricolore emploie en effet 93.000 salariés - dont 18.000 en France - pour un chiffre d'affaires global de 20 milliards d'euros. Face à de tels enjeux, le ministère de l'Economie avait répété son intention d'être "particulièrement ferme sur les exigences de maintien et de créations d'emplois, d'investissements et de recherche-développement en France, ainsi que le maintien des centres de décision en France". Les deux prochains jours s'annoncent cruciaux.

Plus d'articles