Réformes de l'assurance-chômage et des retraites : "Ce n'est pas le moment", estime l'économiste Philippe Aghion

Philippe Aghion, invité politique du 24 mai

REVIREMENT - Soutien d'Emmanuel Macron en 2017, l'économiste Philippe Aghion prend désormais ses distances avec le principe de la retraite à points et plaide pour un report de la réforme de l'assurance-chômage, qui doit entrer en vigueur le 1er juillet prochain.

Une crise qui va laisser des traces. Touchée de plein fouet par la crise du Covid-19, l'économie française est - pour l'instant - parvenue à limiter la casse, grâce notamment à un soutien massif de l'État. Pour autant, les derniers mois rebattent largement les cartes, si bien que des réformes qui pouvaient sembler indispensables sont remises en question. 

Invité de LCI ce lundi, l'économiste Philippe Aghion, qui a notamment conseillé Emmanuel Macron en 2017, a pris ses distances avec deux réformes majeures du gouvernement : les retraites et l'assurance-chômage. Concernant cette dernière, le professeur au Collège de France table sur une "augmentation du chômage à court et moyen terme" au sortir de la crise. "Il y aura certainement du chômage de réallocation, du chômage frictionnel. La numérisation et l’automatisation, à long terme, créent des emplois car ils vont rendre les travailleurs plus productifs. Mais à court terme, des emplois peuvent être détruits", explique-t-il.

Par conséquent, il appelle à "remettre (à plus tard ndlr) la réforme de l'assurance-chômage", censée entrer en vigueur au 1er juillet. "Il faut la retarder car c’est une mesure qui considère que beaucoup de chômeurs sont volontaires. Or je pense que l’on va entrer dans une période où va augmenter la part de chômage involontaire", souligne l'économiste. "Il faut faire des bonnes réformes au bon moment", ajoute-t-il. 

Toute l'info sur

Coronavirus : l'impact économique de la pandémie

Lire aussi

Il recommande également de repousser la réforme des retraites et de la modifier. "Je plaide pour une réforme des retraites pour le début de prochain quinquennat". Et le professeur d'ajouter : "Je fais un mea culpa, j’ai soutenu la réforme à points. Je préfère finalement une réforme paramétrique où on annonce la couleur : on va devoir travailler plus longtemps". "Il faut un recul de l’âge qui tienne compte de la pénibilité et de l’âge où l’on a commencé à travailler", précise-t-il toutefois avant de conclure : "On peut envisager une réforme à points, mais à beaucoup plus long terme". Actuellement, "ce n'est pas le moment". 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Euro : Emmanuel Macron et Angela Merkel mettent en garde contre le variant Delta

EN DIRECT - Affaire Jubillar : l'avocat de Cédric Jubillar met en garde contre "une erreur judiciaire"

La machine à laver, le véhicule mal garé, le podomètre : ces éléments qui ont fait basculer l'affaire Jubillar

VIDÉO - "Ça va la claque que tu t'es prise ?" : Emmanuel Macron interpellé par un écolier

Sommet États-Unis/Russie : le cadeau "Made in USA" de Joe Biden à Vladimir Poutine

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.