Renault : le PDG Carlos Ghosn pourrait toucher une plus-value de plus de 6 millions d'euros

ÉCONOMIE
JOYEUX NOËL - Le patron de Renault - Nissan a exercé 132.720 actions de sa société le 16 décembre et pourrait empocher 6,36 millions d'euros s'il décidait de les vendre. Un luxe mal vu par la CGT de Renault.

Le PDG de Renault-Nissan Carlos Ghosn a exercé ses stock-options qui pourraient lui permettre d'empocher plus de six millions d'euros de plus-value. Pour rappel, les stock-options sont une forme de rémunération attribuée par une entreprise à un de ses membres, en plus de son salaire fixe. Comme le souligne le site du magazine Capital, "une fois l’option exercée, l’action peut être vendue au prix du marché et offrir à son détenteur une plus-value". 


Dans une déclaration à l'Autorité des marchés financiers (AMF), le dirigeant automobile a indiqué avoir acquis le 16 décembre 132.720 actions de sa société au prix unitaire contractuel de 37,43 euros. Le cours de l’action Renault Paris étant monté à 85,34 euros dans l'après-midi du 27 décembre, il pourra toucher une plus-value potentielle de 6,36 millions d'euros s'il revendait ces titres à ce prix. Un joli pactole en cette période de fêtes. 

Une année marquée par le salaire de Ghosn

Cette information, que l’on doit à l’économiste Benoît Boussemart en marge de son classement annuel des grandes fortunes de Capital, intervient à l’issue d’une année lors de laquelle le salaire de Carlos Ghosn a provoqué des remous. Karine Berger, députée, responsable du pôle idées et projet de Vincent Peillon pour la primaire PS a justement déploré ce traitement de faveur sur LCI ce mercredi matin : "Renault […] a fait partie des entreprises qui ont amené ses salariés à réduire leurs jours de vacances et à réduire leur salaire pendant des périodes allant de un à deux ans. Donc Monsieur Ghosn se rémunère sur des efforts de salaires et de temps de travail de ses propres salariés, et c'est inacceptable". En effet, les efforts de compétitivité au sein d'une entreprise sont souvent salués par des évolutions positives du cours de l'action en Bourse.


Pas moins révolté, le candidat écologiste à la primaire du PS François de Rugy a dénnoncé un procédé "légal mais très choquant", "une échelle des salaires complètement délirante au sein du groupe". Plus fataliste, le vice-président de l'UDI Yves Jégo, qui s'imaginerait "choqué [s'il était] salarié chez Renault", tout en notant : "Ça me semble être aussi ce qu'est le capitalisme dans notre monde d'aujourdhui".

En vidéo

Karine Berger sur la rémunération de Carlos Ghosn : "c'est inacceptable"

Le conseil d'administration de Renault avait voulu apaiser les actionnaires fin juillet en annonçant une réduction de 20% de la part variable de son salaire pour 2016. Renault avait souligné que la part fixe de ce salaire, à 1,23 million d'euros, était inchangée depuis 2011. Le paiement de la part variable, qui dépend des résultats du groupe, "reste effectué à hauteur de 25% en numéraire et 75% en actions, acquises à l'expiration d'une période de trois ans sous condition de présence". 

La colère de la CGT de Renault

Dans un communiqué paru ce mercredi, la CGT de Renault compare cette somme à la situation de "la majorité des salariés du groupe Renault dont le pouvoir d’achat ne cesse de baisser au nom d’une 'modération salariale nécessaire' et qui sont considérés seulement comme 'des coûts à réduire'". 


"Carlos Ghosn est ici récompensé de l’atteinte de ses objectifs contenus dans l’accord de compétitivité 2013-2016", poursuit la CGT dénonçant les "suppressions d'emplois" (9200 départs sur ces trois ans pour 3000 embauches dont une partie seront réalisées en 2017) et la "précarisation" avec une hausse du nombre d'intérimaires. Selon le syndicat, outre cette "rémunération indécente", le PDG fait preuve d'un "cynisme exacerbé lorsqu’il justifie (cette somme, NDLR) en déclarant 'que dans le monde de l’industrie automobile, le talent, l’expérience acquise, l’unicité se paie'".

En vidéo

Salaire de Carlos Ghosn : s'attaquer à la rémunération des grands patrons, un serpent de mer

Plus d'articles

Lire et commenter