Reprise économique : la France dans le peloton de tête de l'optimisme en Europe, le Royaume-Uni bon dernier

Reprise économique : la France dans le peloton de tête de l'optimisme en Europe, le Royaume-Uni bon dernier

MORAL DES TROUPES - Dans une étude sur les intentions d'embauches de milliers d'entreprises, Manpower a établi le classement des pays les plus optimistes sur la reprise... et les autres. Surprise : la France fait mentir sa réputation de pessimiste. En bas de tableau, les entreprises britanniques s'attendent à des mois difficiles.

Ce n'est qu'un indicateur, mais il est parlant. Pour son baromètre trimestriel qui vient de paraître, le spécialiste de l'intérim Manpower a sondé 42.000 employeurs dans 43 pays, sur leurs prévisions d'embauches dans les trois mois à venir, un indicateur dont les chiffres et l'évolution sont d'ordinaire un bon indicateur avancé de la santé des économies, et du moral des entreprises. À chacune, les sondeurs ont demandé s'ils comptaient ou non embaucher dans les trois mois à venir. Les résultats donnent une idée de l'horizon auquel chaque pays voit venir la reprise, même si les chiffres sont contrastés.

Toute l'info sur

Coronavirus : l'impact économique de la pandémie

L'enquête étant déclarative, son résultat est en fonction tant de la prévision d'activité des entreprises que de leur confiance dans l'avenir, et leur moral en général. À ce genre d'exercice, la France est rarement la meilleure, comme affligée d'un pessimisme enraciné dans une culture ou "bien" se dit aussi "pas si mal". Pourtant, c'est bien d'une belle dose d'optimisme que les 700 employeurs sondés chez nous semblent aujourd'hui armés. Si 80% disent n'avoir aucune intention de toucher à leurs effectifs dans le trimestre à venir, si 4% expliquent devoir réduire le nombre de postes dans leur entreprise, ils sont 12% à déclarer des embauches à venir. De quoi donner à la France un indice de +7%, comme la Grèce et Israël, juste derrière la Belgique et la République Tchèque, seules la Croatie et la Roumanie font nettement mieux, avec un solde net d'entreprises qui embauchent à 12%.

Lire aussi

La Grande-Bretagne, "homme malade de l'Europe"

En queue de classement, anticipant une baisse de 5% de l'activité économique, le Royaume-Uni, où les perspectives du marché du travail restent "les moins optimistes en Europe". Comme l'explique Chris Gray, porte-parole de Manpower UK, “Le Royaume-Uni montre la voie avec sa campagne de vaccination contre le Covid-19 mais il reste l'homme malade de l'Europe en ce qui concerne l'optimisme pour les embauches". Ici, le Covid n'est pas seul en cause, les effets délétères du Brexit sont également une explication au pessimisme ambiant. Des effets dont la liste continue de s'allonger, avec encore beaucoup d'inconnues, ce qui ne fait rien pour améliorer la confiance dans l'avenir.

En vidéo

Les entreprises fantômes qui bénéficient du chômage partiel

Reste qu'au-delà de la reprise de l'activité proprement dite, les employeurs se posent aussi la question du "comment", d'un retour à la normale qui ne sera pas forcément un retour à la situation d'avant la pandémie. En France, toujours selon l'étude de Manpower, 31% des employeurs prévoient de revenir à des niveaux d'embauches "pré-Covid" d'ici à la fin de l'année. Mais si 53% de ces sociétés espèrent faire venir leurs collaborateurs sur leur lieu de travail, 41% envisagent plutôt un modèle hybride, combinant bureau et télétravail. Une évolution, mais pas de révolution : seuls 2% des employeurs sondés sont favorables à un modèle 100% télétravail.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

AstraZeneca : "Un crève-cœur" pour ces médecins contraints de jeter des doses inutilisées

Affaire Mia : pourquoi l'alerte enlèvement a-t-elle été levée aussi rapidement ?

"60 à 70% des victimes" britanniques de la troisième vague étaient-elles vraiment "vaccinées" ?

"Absolument impudique" : Vianney fâché par la couverture d’un magazine people

Réouverture progressive : quelle pourrait être la situation épidémique mi-mai ?

Lire et commenter