Restauration : Emmanuel Macron annonce la défiscalisation des pourboires par carte bancaire

ILLUSTRATION

ÉCONOMIE - Lors d'un déplacement à Lyon ce lundi, le président de la République Emmanuel Macron s'est montré favorable à la défiscalisation des pourboires par carte bancaire dans la restauration et l'hôtellerie. Une mesure attendue par le secteur.

Un geste pour tenter de relancer la machine. Mis en grande difficulté par le Covid-19, le secteur de l'hôtellerie-restauration peine à retrouver ses standards d'avant-crise. Pire, de nombreux professionnels peinent à recruter. Pour faire face à ces difficultés, Emmanuel Macron a annoncé lundi à Lyon, la défiscalisation des pourboires par carte bancaire. "Nous avons décidé que les pourboires payés par carte bleue seraient sans charge pour les employeurs et sans impôts pour les salariés", a-t-il déclaré, promettant une mise en œuvre "dans les prochains mois". Avec cette mesure annoncée lors du Salon international de la restauration, de l’hôtellerie et de l’alimentation (Sirha), le président de la République espère aider les patrons à recruter. "Cela va vous permettre d'attirer plus de jeunes et de moins jeunes pour leur dire: tu peux gagner plus que le salaire et le bonus que je te verse", souligne-t-il.

Toute l'info sur

Coronavirus : l'impact économique de la pandémie

Augmenter l'attractivité du secteur

Il s'agit aussi de donner un coup de pouce salarial en faisant en sorte que le pourboire (re)devienne un vrai complément de salaire. Cette mesure "ne coûte rien, car aujourd'hui ça ne marche pas parce qu'on l'a vu en sortie de crise, nos compatriotes utilisent de moins en moins de liquide", argue le Chef d'État qui espère augmenter le "pouvoir d'achat" des salariés du secteur. "C'est une très bonne idée que le Medef avait demandé avant l'été", avait salué ce lundi Geoffrey Roux de Béziers sur LCI. "C'est une bonne idée d'encourager les clients à récompenser le service ", a-t-il encore estimé. Même son de cloche du côté du syndicat des indépendants de l’hôtellerie restauration. "C'est une excellente nouvelle, car le pourboire fait partie de l'attractivité de nos métiers. [...] Quand on aura la possibilité de laisser un pourboire sur la note, ce sera beaucoup plus facile", s'était félicité par avance Didier Chenet, président du GNI. 

Selon une étude CSA pour Lyf publiée en mai dernier, 35 % des Français ne laissent pas de pourboire par manque de monnaie. Par ailleurs, 71 % déclarent être favorables aux pourboires dématérialisés. Jusqu'ici, ces derniers étaient toutefois bien moins avantageux pour un restaurateur ou un hôtelier, car soumis à l'impôt.

Lire aussi

Au-delà de l'aspect économique, Emmanuel Macron voit aussi dans cette mesure un clin d’œil à son allié François Bayrou. Le chef de l'État reprend en effet une proposition faite jeudi dernier par les députés Modem. "Au moment où la restauration repart mais où les professionnels rencontrent d'importantes difficultés de recrutement qui pourraient brider la reprise, il nous semble opportun de défiscaliser les pourboires et de faire levier de la générosité des Français pour renforcer l'attractivité de ces métiers", s'était ainsi désolé le député des Yvelines, Jean-Noël Barrot.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Que risquera-t-on en roulant sans pneus hiver après lundi ? Le 20H vous répond

EN DIRECT - 13-Novembre : "Nous sommes des rescapés du Bataclan et des oubliés de l'administration", témoigne un policier

VIDÉO – Un an de pluie en quelques heures : les images des dégâts des inondations monstres en Sicile

"C’est ridicule" : la colère monte face aux routes bloquées de la frontière franco-espagnole

Plus de 5000 cas de Covid-19 par jour : peut-on déjà parler de "cinquième vague" de l'épidémie ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.