Grâce au cash-back, vous pourrez bientôt retirer du liquide chez vos commerçants

ECONOMIE
DirectLCI
ARGENT - La pratique dite du "cash back", qui figure dans la directive européenne sur les services de paiement (DSP2), a été définitivement ratifiée mercredi 1er août par le Parlement.

"Le cash back" sera bientôt une réalité en France. Cette pratique, qui consiste à fournir des espèces aux clients dans le cadre d'un achat par carte bancaire, a été ratifiée le 1er août par le Parlement. Son apparition est attendue début 2019.


Dans le détail, le Parlement a ratifié une directive européenne sur les services de paiement (DSP2), permettant d'offrir un cadre juridique à cette pratique déjà autorisée en théorie. Son principe est simple : si vous effectuez un achat de 50 euros dans une boulangerie ou un supermarché, il vous sera possible de payer 100 euros par carte bleue pour récupérer 50 euros en liquide. Seuls les commerçants qui le souhaitent pratiqueront le cash back, il n’y aura pas d’obligation.

Une compensation dans les zones rurales

Une pratique qui rogne le monopole des banques en la matière. Autre avantage du cash back : compenser, dans les zones rurales, l'absence d'agences bancaires pour effectuer un retrait, voire anticiper leurs fermetures prochaines en raison de la dématérialisation des paiements. Les commerçants "pourront ainsi proposer un nouveau service à leurs clients" et "attirer davantage de clientèle en magasin", avait expliqué en février la secrétaire d'Etat à l'Economie, Delphine Gény-Stéphann, lors de l'examen du texte à l'Assemblée. Selon la secrétaire d'Etat, cela permettra aussi "de répondre à l'isolement des territoires les plus reculés, dont les relais d'accès aux espèces sont souvent trop limités ou reculés". 


Le décret d’application de cette loi est attendu pour l’automne. Celui-ci précisera le montant minimal de l’achat permettant de retirer des espèces, ainsi que le montant maximal pouvant être retiré. "Une fourchette de 100 à 150 euros a été évoquée lors des débats au Sénat", rappelle Le Monde. A l'étranger, ce système a déjà fait ses preuves. Il existe notamment en Allemagne, Belgique, Italie, Espagne, ou encore aux Etats-Unis.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter