Hôtellerie-restauration : les organisations patronales proposent 10,5% d'augmentation moyenne des salaires

Actuellement, 100 000 postes sont à pourvoir dans l’hôtellerie et la restauration. Les candidats sont rares, parfois introuvables. Les organisations patronales ont proposé une augmentation moyenne de 10,5%. Offre jugée insuffisante par les syndicats.

RÉMUNÉRATION - Organisations patronales et syndicats de l'hôtellerie-restauration discutent d'une revalorisation des salaires. Une augmentation moyenne de 10,5% a été proposée.

Bonne nouvelle pour les salariés du secteur de l'hôtellerie-restauration. Leurs salaires devraient prochainement faire l'objet d'une revalorisation. Mais son pourcentage fait débat entre les organisations patronales et les syndicats. "Les organisations professionnelles du secteur (GNC, GNI, SNRTC, UMIH) ont présenté une grille des salaires commune avec une moyenne d'augmentation de 10,5%, soit au-delà de ce qui avait été annoncé début octobre", a indiqué dans un communiqué l'Umih, la principale organisation patronale, après avoir échangé avec les syndicats de la branche.

Les patrons davantage augmentés que leurs salariés ?

Mais ces syndicats ne sont pas convaincus par ce qui leur a été proposé. "Ils viennent juste avec une grille qui ne répond pas aux attentes", a réagi auprès de l'AFP Nabil Azzouz, du syndicat Force Ouvrière. "La masse des salariés des premiers niveaux, qui concerne entre 60 et 80% du personnel, va bénéficier de 3 à 4% d'augmentation seulement. Cela ne rattrape même pas l'inflation. En plus, c'est cette population qui part en masse et qu'on essaye d'attirer", a-t-il souligné, regrettant ainsi que "20% d'augmentation" soit prévue pour les patrons. 

Le sentiment d'insuffisance est partagé par la CGT et la CFDT.  "Le compte n'y est pas", a réagi Arnaud Chemain pour la CGT. "C'était plus une réunion qu'une négociation", a-t-il observé. Et d'ajouter : "Selon leur proposition, le bas de l'échelle gagne 3,5%. Cela représente 48,50 euros brut par mois en plus. Dans les niveaux plus élevés, les augmentations sont plus significatives"

Une contre-proposition "déconnectée de la réalité (...) des entreprises en cette période de sortie de crise"

L'Union des métiers et des industries de l'hôtellerie (Umih) a ainsi souligné qu'une "contre-proposition de grille des salaires avec une augmentation moyenne de 34,50%", leur avait été proposée par les syndicats. Mais, "cette proposition est déconnectée de la réalité économique et financière des entreprises, en cette période de sortie de crise", a-t-elle fait savoir. 

Lire aussi

Désormais, des réunions bilatérales doivent se tenir pour déboucher sur un accord d'ici à la fin de l'année. Le pourcentage d'augmentation des salaires ainsi que la mise en place du 13e mois seront au cœur des discussions. Par ailleurs, une nouvelle réunion de négociations, qui sont suivies de près par le ministère du Travail alors que ce secteur a été particulièrement fragilisé par la crise sanitaire, est prévue le 16 décembre.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Inflexible face aux policiers, comment Cédric Jubillar justifie les incohérences entre sa version et celle des enquêteurs ?

EN DIRECT - Covid-19 : 10 millions de Français ont fait leur dose de rappel, selon Olivier Véran

Covid-19 : vacances de Noël avancées dans les écoles et rassemblements limités... la Belgique sur le qui-vive

Norvège : une fête d'entreprise vire au probable foyer du variant Omicron, la moitié des convives infectés

Vaccin : au bout de combien de temps mon pass sanitaire est-il actif après la 3e dose de rappel ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.