Des cadeaux de Noël remis en ligne par millions : la France, championne d'Europe de la revente

Revente des cadeaux : un business organisé

JOIE DE RECEVOIR - Même avec des fêtes de Noël aux ambitions revues à la baisse pour cause de Covid-19, les Français se sont offerts énormément de cadeaux... et n'hésitent pas à remettre en vente ceux dont ils ne veulent pas.

Certes, vous n'êtes pas forcé d'avouer à votre maman que vous aviez déjà ce livre qu'elle vous a offert le soir de Noël. Votre oncle n'a pas non plus besoin de savoir que vous détestez les cravates à pois. Mais jusqu'aux années 2000, vos seules options étaient soit de remiser le cadeau non désiré ou surnuméraire au placard, soit de le ré-offrir à la première occasion, courant le danger que l'information revienne aux oreilles de celui ou celle qui vous l'avait destiné. Insondable dilemme. 

Heureusement, l'internet et ses grandes plateformes de vente entre particuliers - eBay, Rakuten, Le Bon Coin et les autres - nous ont collectivement offert une solution qui vient monnayer notre soupçon de culpabilité, qu'elle vient d'ailleurs réduire en donnant une seconde vie à des cadeaux malaimés. La revente est ainsi devenue un réflexe, et disons-le, une habitude totalement décomplexée... surtout chez nous, d'ailleurs.

Toute l'info sur

Coronavirus : l'impact économique de la pandémie

La revente est aussi devenue comme un indicateur économique, dont les chiffres donnent une idée du volume de cadeaux échangés sous le sapin, partant du postulat statistique que famille et amis font globalement autant de mauvais choix d'une année sur l'autre. Ce 25 décembre, à la mi-journée, Rakuten estimait déjà à 300.000 le nombre de cadeaux remis en circulation sur sa plateforme. 

Chez eBay, on estimait à 600.000 le nombre d'articles remis en vente pour ce seul 25 décembre. Des chiffres que pourrait doubler Le Bon Coin, site préféré des Français pour l'occasion, sur laquelle on constatait aujourd'hui une activité supérieure à la normale... et beaucoup d'articles neufs, encore dans leur emballage d'origine.

Lire aussi

Pour comprendre les ressorts de ces transactions un peu particulières, eBay a fait conduire une étude sur le sujet. Résultat : plus d'un Français sur trois dit avoir été déçu par un cadeau reçu à Noël, et 18% disent prévoir revendre ceux qu'ils ne veulent pas conserver. Un chiffre en hausse notable, ils n'étaient que 12% à l'avouer en 2018. De quoi nous placer tout en haut du palmarès européen de la revente : Espagnols et Italiens ne seraient que 7% à pratiquer la revente du 25 décembre. 

Pour autant, si le réflexe est plus courant chez nous, il ne fait pas encore l'unanimité : seuls 40% des sondés ne voient rien à redire à la revente de cadeaux non désirés. Parmi ceux qui se revendent le plus, et le mieux, les produits high-tech, les jouets, les produits culturels, puis le prêt-à-porter.

Pour les jeunes générations, la revente comme un réflexe

Toujours selon l'étude eBay/Kantar, les montants concernés restent modestes dans l'ensemble, ceux qui revendent en ligne s'attendent à en retirer en moyenne 52 euros. Une somme dont 30% disent qu'ils l'utiliseront pour gâter un proche, 43% l'orientant plutôt vers leur épargne.

À noter, une fracture générationnelle : les jeunes générations ont beaucoup moins d'hésitation à remettre en ligne les cadeaux de la veille, à 38% pour les 16-34 ans, contre 26% pour les 55-64 ans.  Au total, eBay estime à 7,3 millions le nombre de Français qui vont revendre un ou plusieurs cadeaux cette année. 

En vidéo

Archives - Ouvrir ses cadeaux au pied du sapin, aujourd'hui comme hier, le même bonheur

Une activité qui va se poursuivre jusqu'à la période des soldes, voire un peu au-delà. On observerait ainsi chaque année un pic jusqu'à trente jours après Noël, au moment où les cadeaux passent la date limite au-delà de laquelle ils ne peuvent plus être remboursés. 

Une chose ne change pas en revanche : selon une étude OpinionWay pour Rakuten, seuls 22% des adeptes de la revente seraient prêts à l'avouer à celui ou celle qui leur a fait le cadeau si vite remis en ligne. Pour eux, le meilleur atout des plateformes en ligne, c'est bien la discrétion.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Épidémie "préoccupante", restrictions locales : le gouvernement change de ton

EN DIRECT - Covid-19 : près de 32.000 nouveaux cas mercredi, du jamais vu depuis novembre

Covid-19 : quels sont les départements où la situation est "très préoccupante" ?

Les patients hospitalisés pour Covid de plus en plus jeunes : comment l'expliquer ?

CARTE - Covid-19 : où en est l'épidémie dans votre département ?

Lire et commenter