Safran, Suez... : 13 milliards d'euros de contrats signés à l'occasion de la visite de Macron en Inde

DirectLCI
CONTRAT - Des entreprises françaises et indiennes ont signé pour 13 milliards d’euros de contrats et accords à l’occasion de la visite d’Emmanuel Macron en Inde, et le projet de fourniture par EDF de six réacteurs.

C'est une visite d'Etat fructueuse pour Emmanuel Macron. Ce samedi, l'Elysée a annoncé la signature de plusieurs contrats entre des entreprises françaises et indiennes pour un montant total de 13 milliards d'euros. La part française de ces 20 contrats et accords est de 50%, l'autre moitié relevant du principe "make in India" instauré par les autorités indiennes. Les investissements prévus en Inde sont de 200 millions d’euros.


Parmi ces contrats et accords commerciaux figurent un contrat de 12 milliards d'euros pour la fourniture et la maintenance par Safran de moteurs pour Spice Jet, un contrat avec Suez pour la distribution d’eau potable et la modernisation du réseau de la ville de Devangere et un contrat entre Air Liquide et Sterlite Tech.


Parallèlement, la France a dit samedi son espoir de conclure "avant la fin de l'année" la vente de six réacteurs nucléaires de type EPR à l'Inde, un dossier en négociations depuis près d'une décennie.

En vidéo

Inde, l'atelier informatique du monde

"Le sens de cette visite est de faire de l'Inde notre premier partenaire stratégique de la région, et que la France devienne votre premier partenaire stratégique en Europe, et plus largement en Occident", a lancé le président français dans la capitale indienne. 


Malgré toutes leurs différences, l'Inde et la France "ont les mêmes intérêts et la même vision du monde", a assuré le chef de l'Etat, qui ne cache pas son ambition de profiter du Brexit pour remplacer la Grande-Bretagne comme partenaire privilégié de New Delhi en Europe.

Trois jours de visite

Emmanuel Macron est arrivé vendredi pour sa première visite officielle en Inde, qui durera jusqu'à lundi, avec l'objectif

d'accroître des échanges économiques encore modestes et de consolider le partenariat stratégique noué il y a 20 ans, en particulier dans la défense et le nucléaire. Le président français souhaite que la France prenne la place du Royaume-Uni comme partenaire de référence de l'Inde en Europe, en profitant du départ des Britanniques de l'Union européenne l'an prochain.


Plusieurs accords entre les deux Etats ont également été annoncés par la présidence française, sur notamment l'échange

d'informations classifiées, la fourniture de soutien logistique réciproque entre les forces armées, la migration et la mobilité et la coopération dans le développement urbain durable. Un protocole d’accord entre la SNCF et le ministère des Chemins de fer porte sur la coopération technique dans le domaine ferroviaire.


Une convention de prêt de 100 millions d'euros de l’Agence française de développement (AFD) doit soutenir un programme sur les villes durables ("Smart cities").

Des annonces à prendre avec des pincettes

Les annonces commerciales sont à prendre avec précaution en Inde, où l'environnement des affaires est notoirement compliqué et lent. Le pays a bondi de trente places dans l'index de facilité des affaires de la Banque mondiale, mais pointe tout de même à la 100e place.

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter