Aéronautique : Airbus frappe fort face à Boeing en décrochant une méga-commande

Aéronautique : Airbus frappe fort face à Boeing en décrochant une méga-commande

GROS LOT - Airbus a signé dimanche une méga-commande de 255 avions monocouloirs A321 de quatre compagnies aériennes appartenant à la société américaine Indigo Partners, au premier jour du salon aéronautique de Dubaï, a annoncé dimanche le constructeur européen. De quoi confirmer l'ascendant pris sur son rival américain Boeing.

Au premier jour du salon aéronautique de Dubaï ce dimanche, Airbus a décroché une commande groupée de 255 avions monocouloirs A321. Une méga-commande qui émane de quatre compagnies aériennes appartenant à la société d'investissement américaine spécialisée dans le transport aérien Indigo Partners.

Avec cette annonce, l'avionneur européen confirme l'ascendant pris sur son rival américain Boeing, qui ne s'est présenté qu’avec une commande pour la conversion en avions cargo de onze B737 d'ancienne génération.

Une commande au montant tenu secret

Dans le détail, 102 appareils sont destinés, à la compagnie à bas coûts hongroise Wizz Air, 91 à la low-cost américaine Frontier Airlines, 39 à la mexicaine Volaris et 23 à la chilienne Jetsmart, selon un communiqué de l'avionneur européen.

Sur les 255 appareils A321, 29 sont du futur modèle XLR, un monocouloir dit à "très long rayon d'action" capable d'effectuer les liaisons long-courrier traditionnellement dévolues aux gros porteurs (B777, A350) mais aussi des vols moyen-courrier traditionnels. L'A321 XLR, lancé en 2019 et 2023, rencontre un franc succès commercial, selon Airbus. Il pose également problème à Boeing qui n'a aucun appareil à lui opposer.

La valeur de la commande s'élève à plus de 33 milliards de dollars (près de 29 milliards d'euros) selon le dernier prix catalogue publié en 2018 par l'avionneur, un tarif quasiment jamais appliqué. Le montant réel de la transaction n'a pas été révélé. De fait, une telle commande groupée permet aux acheteurs d'obtenir un prix attractif, a convenu Guillaume Faury le président exécutif d'Airbus lors de la cérémonie de signatures, pour qui c'est du "donnant-donnant".

Nous voulons être positionnés tôt pour la reprise.- Bill Franke, patron d'Indigo Partners.

En dépit d'un rebond cet été, le trafic aérien mondial n'est que de moitié ce qu'il était avant-crise et ne devrait retrouver son niveau de 2019 qu'entre 2023 et 2025. Le segment des appareils monocouloirs et des liaisons moyen-courrier, moins soumis aux restrictions de circulation que les voyages longues distances, est amené à redémarrer en premier.

"Nous voulons être positionnés tôt pour la reprise", a expliqué Bill Franke, le patron d'Indigo Partners.

Deux avions ravitailleurs aussi commandés par les Émirats

Plus généralement, cette commande confirme l'intérêt croissant des compagnies pour l'A321, qui représente dorénavant près de 60% des commandes d'appareils de la famille A320 (A319, A320 et A321).

Et l'avionneur européen a de longues années de production devant lui avec plus de 7500 monocouloirs dans son carnet de commande. Les livraisons des 255 appareils auront lieu à partir de 2025.

Autre bonne nouvelle pour l'européen : la commande par les Émirats de deux avions ravitailleurs A330 MRTT pour son armée de l'Air, ce qui portera à cinq appareils sa flotte.

Lire aussi

Face à cela, Boeing a fait profil bas dimanche avec l'annonce d'un contrat avec le loueur islandais Icelease pour la conversion de onze monocouloirs 737 en avions cargo. Cette commande n'implique donc pas de construction de nouveaux avions.

Elle illustre un appétit des transporteurs mondiaux pour le fret aérien, alors que le transport aérien peine à redémarrer et que le commerce en ligne poursuit son essort. Le trafic cargo mondial dépassait en septembre de plus de 9% son niveau de 2019, selon l'Association internationale du transport aérien (Iata).

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : la France a rapatrié plus de 20.000 personnes bloquées au Maroc

Covid-19 : plus de 10.000 patients hospitalisés, "la situation est en train de s'aggraver", annonce Olivier Véran

"Je ne suis plus le journaliste, l'écrivain, je suis candidat", affirme Eric Zemmour sur TF1

"Cela ne va pas le faire" : pessimisme sur l'efficacité des vaccins anti-Covid existants face à Omicron

VIDÉO - Los Angeles : le fiasco de "The One", la maison la plus chère du monde

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.