Twitter y a laissé des plumes : le réseau social va supprimer 350 postes et va fermer l'appli Vine

Twitter y a laissé des plumes : le réseau social va supprimer 350 postes et va fermer l'appli Vine
ÉCONOMIE
DirectLCI
BUSINESS - Le réseau social a annoncé ce jeudi qu'il envisageait de supprimer 9% de ses effectifs et d'enterrer l'application Vine qu'il avait rachetée en 2012.

Le réseau social américain Twitter, objet de nombreuses rumeurs de reprise et malmené par les investisseurs, engage de grandes manoeuvres pour tenter de dégager enfin des bénéfices en 2017 en supprimant notamment 9% de ses effectifs.


La restructuration "va se concentrer sur la réorganisation des équipes de vente, partenariats et marketing", a précisé le groupe jeudi dans un communiqué. Pour Twitter, qui employait au total 3.860 personnes fin juin, cela revient à environ 350 postes touchés. 

Vine, c'est fini

Le réseau social a annoncé séparément la fermeture "dans les prochains mois" de l'application de partage de courtes vidéos Vine Un choc pour la Twittosphère qui, déjà, se montre nostalgique de cette petite séquence de 6 secondes maximum. 


Reste que , bien qu'il ait racheté l'appli fin 2012, Twitter n'a jamais dégagé de bénéfice net depuis sa création il y a dix ans et le retour aux commandes de son cofondateur Jack Dorsey, l'an dernier, n'a pas encore suffi à relancer pleinement la croissance. "Nous devenons plus stricts sur la façon dont nous investissons dans nos activités et nous nous fixons comme objectif d'aller vers la rentabilité en 2017", a assuré le directeur financier Anthony Noto jeudi. 


Twitter va aussi "accorder une moindre priorité à certaines initiatives" et "simplifier la façon dont nous opérons dans d'autres secteurs", a-t-il ajouté. Le groupe, qui avait déjà supprimé 8% de ses effectifs en 2015 et qui avait un temps pensé à sacrifier à la sacro-sainte règle des 140 signes, estime que les nouveaux licenciements lui coûteront 10 à 20 millions de dollars. 

Et maintenant ?

Le groupe a notamment développé de nouvelles offres pour les publicitaires, mais aussi pour les utilisateurs, comme la diffusion en direct de matchs du très populaire championnat de football américain ou des débats présidentiels. Autant de pistes  pour un réseau social qui, selon Roger Kay, analyste au cabinet Endpoint Technologies Associates"se rapproche (de la rentabilité)" et qui,  "s'ils coupent dans leurs dépenses et maintiennent leur chiffre d'affaires, devrait y parvenir d'ici un an".

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter