Une enquête montre que les OGM ne servent à rien

DirectLCI
AGRICULTURE - Les OGM sont souvent critiqués pour avoir un effet nocif sur la santé et l'environnement. Mais plus que cela, une enquête du New York Times, montre à quel point les promesses de rendements sont aussi loin d'être respectées.

Les Organisme génétiquement modifiés (OGM)... Ces "miracles" de l'industrie, censés permettre d'augmenter les rendements des exploitants agricoles grâce à leur résistance aux insectes et aux parasites... Ils devaient ainsi réduire l'utilisation de pesticides. Et si cette promesse n'était qu'une vaste imposture ? Une enquête du New York Times montre dans quelle mesure cette vieille idée n'est visiblement pas fondée.


Pour arriver à cette conclusion, le journal a comparé les chiffres des Etats-Unis et du Canada, où ils sont utilisés massivement depuis plus de 20 ans, avec ceux de l'Europe où ils y sont beaucoup plus limités. Les données récoltées auprès des Nations unies et des ministères de l'Agriculture, révèlent qu'il n'y a pas de différences de rendements entre les deux. 


Pire encore, les pesticides sont de plus en plus diffusés depuis l'arrivée des OGM outre-Atlantique. Par exemple, l'utilisation d'herbicides y a augmenté de 21% en deux décennies, tandis qu'en France elle a baissé de 36%.

Un agriculteur ne va pas payer pour une technologie s'il n'y trouve pas d'avantageRobert Friley, directeur de la technologie de Monsanto

Mais selon Robert Fraley,  directeur de la technologie de Monsanto, l'un des leaders du marché "chaque agriculteur est un petit homme d'affaires", "il ne va pas payer pour une technologie s'il n'y trouve pas d'avantage".


Les Etats-Unis, le Brésil et l'Argentine font partie des plus grands utilisateurs d'OGM. D'autres pays, qui en étaient aussi habitués, commencent pour leur part à s'en détacher. Au Burkina Faso par exemple, le coton Mosanto a disparu au profit de semences traditionnelles. Et comme le montre un reportage de France Info, la récolte y est bien meilleure. 


Mais jusqu'à présent, le principal argument utilisé par les antis concerne la dangerosité de ces produits sur la santé et l'environnement, comme le dénonce notamment Green Peace. Mais la question économique pourrait à son tour entrer au coeur du débat. 

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter