Une entreprise verse plus de 60.000 euros à l'un de ses salariés pour non respect du droit à la déconnexion

Une entreprise verse plus de 60.000 euros à l'un de ses salariés pour non respect du droit à la déconnexion

LE CHIFFRE ECO - Alors qu'un salarié d'une entreprise spécialisée dans les services d'hygiène pensait pouvoir partir tranquillement en vacances, celle-ci lui a demandé de rester joignable. Une demande sanctionnée par la Cour de Cassation dans un arrêt, le 12 juillet dernier.

Une société spécialisée dans les services d'hygiène a demandé à l'un de ses salariés de rester joignable au cas où pendant les vacances. Arrivé en avril 2010 au poste de directeur régional, il devait laisser son portable allumé "pour répondre aux sollicitations de ses subordonnés ou clients". Mécontent que cette demande ne soit pas rétribuée, comme le prévoit la loi, ce dernier a demandé un dédommagement à son entreprise. La Cour de cassation lui a donné raison, au nom du droit à la déconnexion, sanctuarisé par la loi El Khomri réformant le Code du Travail, en vigueur depuis 2016. En conséquence, la firme a été condamnée à verser à son employé un chèque de plus de 60.000 euros.

Toute l'info sur

Les Matins LCI

Lire aussi



Ce jeudi 2 août 2018, Marie Visot, dans sa chronique "Le chiffre éco", nous parle des 60 000 euros qu'une entreprise a dû verser à l'un de ses salariés pour lui avoir demandé de rester connecté pendant les vacances. Cette chronique a été diffusée dans La Matinale du 02/08/2018 présentée par Adrien Borne sur LCI. Du lundi au vendredi, dès 5h45, Adrien Borne vous présente la Matinale entouré de ses chroniqueurs.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : un premier cas du variant Omicron détecté aux États-Unis

Covid-19 : Doctolib saturé, comment réserver sa dose de rappel malgré tout ?

"Un provocateur à la Donald Trump" : la candidature d'Eric Zemmour vue par la presse anglo-saxonne

Pots entre collègues, cantine d'entreprise... Ce que préconise le gouvernement pour les repas au travail

VIDÉO - Los Angeles : le fiasco de "The One", la maison la plus chère du monde

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.