Guerre des taxes entre Trump et l'UE : ces produits américains dont le prix pourrait augmenter

ECONOMIE - L'Union européenne s'apprête à taxer lourdement des dizaines de produits américains, dont le tabac. Une réponse aux droits de douane que les Etats-Unis viennent d'augmenter sur l'acier et l'aluminium.

"La vie du monde, ce n'est pas le Far West." Invité ce jeudi soir sur LCI, Jean-Yves Le Drian a vertement condamné la décision des Etats-Unis d'augmenter ses droits de douane sur l'acier l'aluminium. Une bataille commerciale dans laquelle l'Europe dispose de sérieux atouts, à en croire le ministre des Affaires étrangères.

"Face à cette mesure-là, nous allons prendre des contre-mesures. Des mesures proportionnées : il y a une liste de produits qui vont être taxées par l'Union européenne, laquelle est unie, souveraine", a déclaré Jean-Yves Le Drian. L'UE a en effet promis de taxer lourdement des dizaines de produits américains. Une décision anticipée par les autorités, puisque cette liste a été déjà envoyée à l'Organisation mondiale du Commerce (OMC) le 18 mai dernier, en prévision de la décision de Washington. 

En vidéo

Trump veut taxer l'acier européen : Le Drian promet une réponse "proportionnée"

La Commission européenne va simplement se charger de la réactualiser à l'aune des mesures précises décidées par les Américains. La liste peut entrer en application dès le 20 juin, même s'il faudra encore avant un débat entre Etats membres pour une dernière validation. Le poids de ces représailles a d'ores et déjà été escompté : les contre-mesures européennes sur les produits de la liste visent à compenser à hauteur de 2,8 milliards d'euros les dommages que causeraient à son industrie les taxes américaines. 


Un chiffre "mesuré", selon la Commission, qui tient à ce que la procédure respecte pleinement les règles de l'OMC. Un chiffre non négligeable, quand on sait que l'Union européenne a exporté 5,3 milliards d'euros d'acier et 1,1 milliard d'euros d'aluminium vers les Etats-Unis en 2017.

Maïs, riz, bourbon, cigarettes, t-shirts, maquillage...

Preuve que cette liste d'articles établie par la Commission a été savamment préparée, elle cible des produits emblématiques. Mais aussi des Etats américains, souvent agricoles, ayant voté pour Donald Trump en 2016. Il s'agit de produits fabriqués sur le territoire américain et non pas vendus par les marques américaines - qui sont, eux, susceptibles d'être fabriqués partout dans le monde. Ces produits sont listés selon une nomenclature douanière très précise, qui ne donne aucun nom de marque ou d'entreprise, même si le président de la Commission Jean-Claude Juncker a lui-même cité début mars Harley-Davidson et Levi's.


Concernant l'agriculture et l'alimentation par exemple, on retrouve ainsi les haricots, le maïs et le riz (transformés ou non), les airelles, le jus d'orange, le beurre de cacahuètes, le bourbon, les cigares, les cigarettes, le tabac pour pipes, à rouler, à chiquer ou à priser. Pour le textile : des T-shirts et maillots de corps en coton, laine ou matière synthétique, des pantalons "denims" (c'est-à-dire les jeans) ou en coton, des shorts, le linge de lit en coton et certaines chaussures en cuir. Font également partie des produits concernés : le rouge à lèvres, le maquillage pour les yeux, le vernis à ongles et le fond de teint. Enfin, concernant les véhicules, les motos d'une cylindrée supérieure à 500 cm3, les bateaux à voile, de plaisance ou de sport, avec ou sans moteur, les bateaux à rames et les canoës font partie des cibles de l'UE. 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Commerce mondial : Trump déclenche la "guerre des taxes"

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter