Automobile : les salariés contraints de s’adapter

Automobile : les salariés contraints de s’adapter

La pénurie de semi-conducteurs a forcé les producteurs automobiles à mettre à l'arrêt une partie de leur production. Les grands groupes ont décidé de déplacer certains de leurs salariés, parfois même d'un pays à un autre.

Interdiction de filmer à l'intérieur. La priorité du moment sur le site de Sochaux, fabriquer un maximum de voitures. À quelques pas de l'usine, dans le local syndical, on n'a jamais connu une telle activité dans les ateliers. D'ici Noël, chaque semaine, 350 véhicules de plus doivent y être assemblés, un toutes les 60 secondes. Pourquoi un tel boom de l'activité ? Ces jours-ci, des semi-conducteurs sont enfin arrivés d'Asie. Depuis des mois, les salariés travaillent au rythme des livraisons de ces petits composants électroniques, indispensables pour fabriquer des voitures. Dès qu'ils sont livrés, il faut rattraper le retard.

Toute l'info sur

Le WE

Peugeot est désormais allié à Citroën, mais aussi à Opel, Fiat ou Jeep. Conséquence : toutes ces marques partagent leur ligne de production. Depuis quelques semaines, les ouvriers de Sochaux assemblent des véhicules Opel. Elles étaient jusque-là fabriquées en Allemagne. De l'autre côté du Rhin, cette délocalisation vers la France n'est pas du tout du goût des travailleurs. Nous sommes à Eisenach, à 350 km de Berlin. Il y a quelques mois encore, 1 500 ouvriers travaillaient ici. Aujourd'hui, l'usine Opel est à l'arrêt, comme abandonnée. Officiellement, Peugeot et ses partenaires n'ont pas assez de semi-conducteurs pour toutes ses usines. Voilà pourquoi ces ouvriers allemands sont au chômage partiel jusqu'à nouvel ordre.

La nouvelle alliance européenne compte une trentaine d'usines sur le Vieux continent. Depuis le début de la crise sanitaire, la production est rationalisée. Les travailleurs sont invités à se déplacer dans les ateliers prioritaires du groupe. C'est comme ça qu'une centaine de Polonais est arrivée à Hordain dans le nord de la France, ou que 200 Italiens au chômage dans l'usine Fiat de Naples sont venus travailler dans l'usine Peugeot de Vesoul. D'ordinaire vide en cette saison, le camping de Vesoul accueille un bon nombre de travailleurs italiens. Dans les ateliers, ces nouveaux collègues de chez Fiat ont été plutôt bien accueillis, même si leur arrivée a fait des inquiets. Ces travailleurs napolitains viennent d'apprendre qu'ils seront encore là en janvier, preuve que la pénurie de semi-conducteurs n'est pas prête d'être résolue.

T F1 | Reportage M. Poissonnet - P. Dumortier - A. Silberman.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : la France a rapatrié plus de 20.000 personnes bloquées au Maroc

Covid-19 : plus de 10.000 patients hospitalisés, "la situation est en train de s'aggraver", annonce Olivier Véran

"Je ne suis plus le journaliste, l'écrivain, je suis candidat", affirme Eric Zemmour sur TF1

VIDÉO - Los Angeles : le fiasco de "The One", la maison la plus chère du monde

"Cela ne va pas le faire" : pessimisme sur l'efficacité des vaccins anti-Covid existants face à Omicron

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.