Ce qui change pour les routiers à Calais après le Brexit

Ce qui change pour les routiers à Calais après le Brexit

Le divorce avec le Royaume-Uni inquiète les transporteurs qui doivent traverser cette frontière, dont les règles se sont considérablement durcies. Alors cela a-t-il provoqué les embouteillages monstres prévus par les plus pessimistes ?

Certains avaient prédit le chaos. Construire une vraie frontière avec des barrages douaniers, des contrôles dans un port, où l'an dernier six mille camions traversaient presque chaque jour sans arrêtés. Et pourtant, cette semaine, le balai des poids lourds se poursuit a priori sans temps mort.

Toute l'info sur

Le WE

Désormais, toutes les formalités doivent être en ligne, mais en avance dans un système informatique baptisé "Frontières intelligentes" qui permettent d'accélérer la procédure et repérer les irrégularités. Les très longues négociations politiques du Brexit ont finalement donné des années aux transporteurs pour anticiper.

"Tous ceux qui ont préparé leur formalité auront dans la majorité des cas un circuit vert. Ceux qui auront des contrôles, auront un circuit orange. Et enfin ceux qui auront mal préparé leur formalité, ils auront un stock assuré", explique Thibaut Rougelot, chef de pôle à la direction des douanes. Peuvent aussi être renvoyés de l'autre côté de la Manche, les produits alimentaires qui ne respecteraient pas les normes de l'Union européenne.

Recréer une frontière post Brexit a nécessité de lourds investissements : bâtiment flambe en neuf, l'embauche de près de 700 nouveaux douaniers, principalement postés dans le Pas-de-Calais.Les importateurs avaient fait beaucoup de stocks en décembre par précaution. Le trafic transmanche reste donc modéré en ce mois de janvier, mais les douaniers sont optimistes au vu des premières semaines. La reprise du trafic ne devrait pas engendrer les congestions redoutées.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : des admissions en réanimation en hausse

Son enfance en Algérie, son grand amour partagé : Marthe Villalonga ouvre ses jardins secrets

EN DIRECT - Affaire des "écoutes" : "J’ai ressenti l’injustice profonde, choquante", explique Nicolas Sarkozy dans le Figaro

Mesures de restriction : pourquoi Emmanuel Macron fixe-t-il un horizon de "4 à 6 semaines" ?

Les 65-75 ans avec comorbidités "peuvent se faire vacciner" avec AstraZeneca, annonce Olivier Véran

Lire et commenter