Ils croyaient devoir fermer : la bonne surprise des coiffeurs

Ils croyaient devoir fermer : la bonne surprise des coiffeurs

REPORTAGE - Durant ce troisième confinement, les coiffeurs auront le droit d'ouvrir leurs portes. Un soulagement pour tous les professionnels du secteur.

Pour endiguer la propagation du virus, seize départements vont être confinés à partir de ce vendredi soir. Néanmoins, certains commerces auront le droit d'ouvrir. Et grande surprise, les coiffeurs en font partie. Par ailleurs, le couvre-feu passe à 19h, ce qui représente une heure de plus pour accueillir les clients. Alors ce vendredi matin, dans le salon de Sacha Burul, à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine), l'heure est au soulagement. C'est aussi l'effervescence, le téléphone n'arrête pas de sonner.

Toute l'info sur

Coronavirus : l'impact économique de la pandémie

Si les clients se précipitent autant, c'est à cause du confinement sept jours sur sept en Île-de-France. Le salon jongle alors entre les gestes barrières et les clients qui affluent. Le gérant appréhende quand même les jours à venir, car il imagine que beaucoup de Franciliens vont quitter la région ce soir pour se confiner au vert. "J'espère que dans les prochains jours, on aura aussi beaucoup de demandes, car c'est les montagnes russes", a-t-il précisé.

L'économie vous intéresse ? Alors découvrez le podcast de l'émission "Perri Scope"

Écoutez ce podcast sur votre plateforme d'écoute préférée ! 

Tous les jours, Pascal Perri reçoit les meilleurs experts, économistes, chefs d'entreprise, représentants du monde du travail pour des conversations économiques éclairées et des échanges respectueux mais sans concession.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

"60 à 70% des victimes" britanniques de la troisième vague étaient-elles vraiment "vaccinées" ?

Covid-19 : une réunion à l'Élysée pour préparer la réouverture des lieux fermés

"Absolument impudique" : Vianney fâché par la couverture d’un magazine people

Affaire Mia : pourquoi l'alerte enlèvement a-t-elle été levée aussi rapidement ?

AstraZeneca : "Un crève-cœur" pour ces médecins contraints de jeter des doses inutilisées

Lire et commenter