Fermeture des commerces non-essentiels : l'inquiétude gagne les commerçants

Fermeture des commerces non-essentiels : l'inquiétude gagne les commerçants

L'avenir semble incertain pour les commerces non-essentiels après l'annonce du gouvernement d'une nouvelle fermeture pour un mois. A Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme), chacun exprime son inquiétude.

Ce matin à Clermont-Ferrand, c'est l'ultime levée de rideau avant la fermeture annoncée par le gouvernement des commerces non-essentiels. Au beau milieu des rayons de vêtements, le moral n'y est pas. Un mois et demi seulement après les soldes d'hiver, certains articles sont de nouveau bradés pour tenter tant bien que mal de réduire les stocks importants. Pour les commerçants, c'est un coup de massue. Ils doivent faire de nouveaux efforts, eux qui, en un an, ont perdu plus de 200 000 euros de chiffre d'affaires. "On ne s'y attendait pas. On se demande comment on va financer ces stocks", avoue Bertrand, l'un d'eux.

Toute l'info sur

Le WE

Malgré la boule au ventre, Patricia tente encore de faire bonne figure. Mais cette nouvelle fermeture va encore bousculer son modèle économique. "Le chiffre qu'on ne fait pas, on ne le rattrape jamais", confie-t-elle. De son côté, Sandrine, esthéticienne, va perdre dix mille euros pour une fermeture au mois d'avril. "On n'a qu'une envie, c'est de bosser. On n'a pas envie de demander des aides tout le temps", précise-t-elle. Désormais, tous espèrent que ce nouveau coup d'arrêt portera ses fruits dans un mois.

L'économie vous intéresse ? Alors, découvrez le podcast de l'émission "Lenglet Déchiffre"

Écoutez ce podcast sur votre plateforme d'écoute préférée :

Sur APPLE PODCAST 

Sur DEEZER

Sur SPOTIFY

Lenglet déchiffre donne la parole aux grands patrons, économistes ou intellectuels. Ils livrent leur vision de l’actu éco et répondent aux questions économiques du moment.

Sur le même sujet

Lire et commenter