Flambée des prix de l'électricité : une usine des Hauts-de-France opte pour le travail de nuit

Flambée des prix de l'électricité : une usine des Hauts-de-France opte pour le travail de nuit

SOLUTION - Face à des factures d'électricité toujours plus élevées, certaines entreprises préfèrent se mettre à l'arrêt. Une autre, située près de Valenciennes, a opté pour le travail de nuit. Le 13H de TF1 s'y est rendu.

En 45 ans d'existence, l'aciérie d'AFV Beltram Group située près de Valenciennes (Nord), n'avait jamais connu une telle situation. "Aujourd'hui, on a dû arrêter notre four à 6h du matin pour éviter de payer notre énergie trop cher", explique au 13H de TF1, dans la vidéo en tête de cet article, le directeur industriel du groupe, Vincent Smeeckaert. 

L'entreprise fabrique de l'acier à partir de déchets métalliques qui sont fondus dans un four électrique à 1640 °C. L'appareil consomme chaque mois en électricité trois fois l'équivalent de la ville de Valenciennes.

Toute l'info sur

Le 13H

Avec ces factures astronomiques, les hausses sont directement ressenties par la trésorerie de l'entreprise. "En avril, avant les hausses des prix de l'énergie, notre facture s'élevait à peu près à 2 millions d'euros. Si je prends la facture de septembre, avec des consommations très équivalentes, on passe à une facture de 4 millions d'euros, donc le double", détaille Franck Dehon, le directeur financier d'AVF Beltram Group.

170.000 euros de perte chaque jour

L'aciérie fait donc fonctionner ses fours la nuit aux heures creuses, et arrête la production dans la journée. Pour l'instant, aucun des 540 employés n'a été mis au chômage. Pour l'heure, ils effectuent des tâches de maintenance. Mais adapter les horaires de travail au tarif de l'électricité n'est qu'une solution à court terme.

"On perd 2000 tonnes d'acier aujourd'hui à cause de l'arrêt de l'aciérie", précise le directeur industriel du groupe. Un volume qui représente 170.000 euros de perte pour une seule journée d'arrêt.

Lire aussi

Ce qui inquiète le plus ces professionnels, c'est l'absence de visibilité des tarifs de l'électricité dans les mois qui viennent. Car la survie de l'aciérie dépend aujourd'hui de la stabilité du kilowattheure.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : plus de 61.000 nouveaux cas en 24 heures, "record" de cette 5e vague

EN DIRECT - Immeuble effondré à Sanary : une troisième personne décédée

Faut-il se refaire intégralement vacciner si on est en retard pour sa 3e dose ? Le 20H vous répond

EN DIRECT - Une candidature commune à gauche ? "Ça ne s'improvise pas", affirme François Hollande

VIDÉO - "Plus jamais ça" : l'alerte des parents de l'ado électrocutée par son téléphone en prenant un bain

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.