Gel : qui va payer les dégâts dans les vignes et les vergers ?

Gel : qui va payer les dégâts dans les vignes et les vergers ?

MANQUE À GAGNER - La vague de gel des derniers jours a causé des dégâts considérables dans les vignes et vergers. Le principal syndicat agricole estime à deux milliards d'euros le manque à gagner pour la viticulture. Qui va payer cette lourde facture ?

Ces derniers jours, une vague de froid et de gel a causé des dégâts considérables sur les récoltes de nombreuses exploitations viticoles. Si certains tentent de sauver le peu qu’il leur reste en installant des bougies chauffantes dans leurs récoltes, d’autres ont tout perdu. Mais qui va payer pour ce préjudice, estimé à près de deux milliards d’euros selon le principal syndicat agricole ?

Toute l'info sur

Le 20h

Lionel Gosseaume, propriétaire d’un domaine à Choussy, dans le Loir-et-Cher, a vu 80% de ses récoltes détruites et devrait perdre environ 400.000 euros cette année. Pour limiter les dégâts, ce dernier compte sur son assureur, pour lequel il paye 9000 euros par an, pour une assurance multirisques climatique. Elle devrait notamment l’indemniser à hauteur de 50%.

"C’est un outil à ma disposition qui ne me permet pas de récupérer 100% du chiffre d’affaires, mais qui m’évite de mettre la clé sous la porte", déclare-t-il au micro de TF1. Seulement, seules 30% des surfaces viticoles sont assurées. Pire, dans l’arboriculture, c’est à peine 4%. Pour éviter les faillites en cascade, l’État va également devoir intervenir.

Lire aussi

C’est notamment prévu grâce au fonds de calamités agricoles, mais ce dernier ne couvre que 12 à 35% des pertes. De plus, certaines cultures en sont exclues. Par la voix de Julien Denormandie, ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, le gouvernement reconnaît que cette aide est loin d’être suffisante : "En plus de ce fonds, nous allons mettre en place un fonds exceptionnel qui viendra compléter ce que le fonds de calamités agricoles ne peut pas faire."

Pour le moment, le montant versé à chaque vigneron et le délai d’arrivée de cette aide n’est pas encore connu. Mais une chose est sûre, cette catastrophe aura des répercussions sur le prix des produits pour les consommateurs. "Ce sera quelques dizaines de centimes, parce qu’il y a un consommateur au bout et donc il faut un prix qui soit abordable", explique Bruno Darnaud, président de l’AOP Pêche et Abricot de France.

L'économie vous intéresse ? Alors découvrez le podcast de l'émission "Perri Scope"

Écoutez ce podcast sur votre plateforme d'écoute préférée :

Sur APPLE PODCAST 

Sur DEEZER 

Sur SPOTIFY

Tous les jours, Pascal Perri reçoit les meilleurs experts, économistes, chefs d'entreprise, représentants du monde du travail pour des conversations économiques éclairées et des échanges respectueux mais sans concession.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : Macron appelle les Anglos-Saxons à arrêter de "bloquer" les exportations de vaccin

"Je n'avais jamais subi une telle violence" : le maire de Nice Christian Estrosi annonce qu'il quitte Les Républicains

EN DIRECT - Procès Lelandais : "J'ai dit ce qui s'est passé", conclut l'ancien maître-chien

Covid-19 : voisin de l'Inde, le Népal pourrait faire face à une situation encore plus incontrôlable

Féminicide à Mérignac : "Ça s'est joué à une seconde", témoigne un voisin qui a tenté de s'interposer

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.