VIDÉO - Cochons "mutilés et agonisants", "cadavres entassés" : l'association L214 dénonce de gros manquements dans deux élevages bretons

DirectLCI
GLAÇANT - Dans une vidéo dévoilée ce jeudi, l’association L214 dénonce de gros manquements chez deux éleveurs porcins bretons qui collaborent avec la marque Hénaff. Attention, les images peuvent choquer.

Il faut avoir l’estomac bien accroché pour visionner ces images, sanglantes et dérangeantes. Ce jeudi, l’association L214 a dévoilé une nouvelle vidéo choc pour dénoncer les conditions d’élevage des cochons destinés à être transformés en pâté par la société Hénaff. Dans la séquence tournée dans les élevages de Beuzec-Cap-Sizun et de Douarnenez (Finistère), on constate en effet de multiples manquements listés par l’association : "Des cochons enfermés sur un sol en béton, des truies immobilisées dans des cages exiguës, des cochons aux queues mutilées, des blessures non soignées, des cadavres de porcelets entassés, des cochons agonisants ou morts dans les couloirs."


A noter que ces deux élevages n’appartiennent pas à l’iconique entreprise bretonne, qui sous-traite avec des groupements d’éleveurs. Jointe par LCI, Hénaff souligne que la véracité des accusations dans la vidéo "reste à démontrer". Elle dénonce "les

pratiques de l’association L214, qui milite pour l’abolition de l’élevage en jouant sur l’émotion (...) pour choquer, en recourant

notamment à des méthodes illégales". Avant de rappeler que les groupements avec lesquelles elle collabore "veillent aux bonnes conditions d’élevage et au respect de la réglementation en vigueur, avec l’aide des services vétérinaires de l’Etat".

Une politique de qualité unique et différenciéeHénaff

De son côté, l’association fustige la communication mensongère de l’entreprise, dans un communiqué : "En inscrivant les noms et parfois les photos des éleveurs sur ses produits, mais en ne diffusant jamais aucune image des conditions d’élevage des cochons, la marque entretient subtilement les représentations idéalisées des consommateurs." 


En réaction, L214 a déposé une plainte auprès du jury de déontologie publicitaire. Via une pétition, elle exhorte en outre les dirigeants à "stopper l’enfermement des cochons, l’élevage sur béton, les mutilations douloureuses aux porcelets et les cages individuelles pour les truies".


Sur son site, l’entreprise Hénaff se définit elle-même comme "leader incontesté des pâtés et rillettes en conserves en France à travers une politique de qualité unique et différenciée". Ce jeudi, la firme précise que "dans un souci d’amélioration

continue, l’entreprise, malgré sa petite taille et son profil totalement atypique dans la filière (0,2% des porcs abattus en France), travaille à la refonte de son cahier des charges fournisseurs". Elle "entend renforcer ses exigences auprès de la filière en intégrant encore plus fortement les problématiques du bien-­être animal".

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter