La Chronique éco : 160 Mds €, le coût de la crise s'alourdit

La Chronique éco : 160 Mds €, le coût de la crise s'alourdit

L'ECO - Ce jeudi, François-Xavier Pietri revient sur la facture de la crise pour l'Hexagone. Celle-ci s'alourdit de plus en plus et compte aujourd'hui plus de 160 milliards d'euros.

Olivier Dussopt, ministre des Comptes publics, a présenté mercredi aux sénateurs la facture du pays qui coûte plus de 160 milliards d'euros. C'est du jamais-vu depuis la crise de 2008-2009. Elle est toutefois à la mesure des opérations de sauvetage qui ont été mises en place par le gouvernement. Ce dernier a par exemple mis sur la table 42 milliards d'euros de dépense pour soutenir l'économie et 18 milliards d'euros pour nationaliser les salaires. Le fonds de solidarité pour les petits commerçants et les indépendants a coûté 12 milliards. Puis, il y a eu l'énorme coût pour la santé, 30 milliards d'euros de dépense pour l'assurance-maladie. Sans parler des soins, des masques et du déficit de la Sécu. Quid du manque à gagner ?

Toute l'info sur

La Matinale

Ce jeudi 18 mars 2021, François-Xavier Pietri, dans sa chronique "L'éco", nous parle de la facture de la crise qui s'élève à plus de 160 Mds d'euros. Cette chronique a été diffusée dans La Matinale du 18/03/2021 présentée par Pascale de La Tour du Pin sur LCI. Du lundi au vendredi, dès 5h45, Pascale de La Tour du Pin vous présente la Matinale entourée de ses chroniqueurs.

L'économie vous intéresse ? Alors, découvrez le podcast de l'émission "Lenglet Déchiffre"

Écoutez ce podcast sur votre plateforme d'écoute préférée !

Lenglet déchiffre donne la parole aux grands patrons, économistes ou intellectuels. Ils livrent leur vision de l’actu éco et répondent aux questions économiques du moment.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Retour à l'école, fin des 10 km, ouverture des terrasses... Les dates à connaître pour les prochaines semaines

EN DIRECT - 30.954 patients hospitalisés dont 5.959 en soins critiques, des chiffres en légère baisse

Dormir six heures ou moins entre ses 50 et 70 ans renforcerait le risque de démence

L'étonnante décision de Peugeot face à la pénurie de semi-conducteurs

Vacances : les destinations les plus prisées pour cet été

Lire et commenter