La détresse des restaurateurs, à bout de souffle à cause de la crise sanitaire

La détresse des restaurateurs, à bout de souffle à cause de la crise sanitaire

REPORTAGE - Tout le secteur de la restauration souffre énormément depuis mars dernier et le reconfinement de novembre a été le coup de grâce. La fermeture des établissements jusqu'au 20 janvier au moins menace l'existence de milliers d'entreprises.

À Nantes (Loire-Atlantique), Benjamin Guivant prépare des plats à emporter ce lundi matin. Avec sa compagne Louise Pacaud, ce restaurateur a lancé son affaire en plein centre-ville début octobre et n'a pu ouvrir que trois semaines avant le confinement. Mais la vente de repas ne suffit pas, car ils ont un loyer de 2300 euros et des frais fixes à payer. Malheureusement, leur restaurant ne bénéficie pas du fonds de soutien du gouvernement, car il est trop récent. Seule la ville leur apporte une aide de 750 euros.

Toute l'info sur

Coronavirus : l'impact économique de la pandémie

Pour sa part, Jean-Luc Senée a mis ses huit salariés au chômage partiel. Seul dans sa cuisine, ce restaurateur continue de faire des pizzas à emporter. Si habituellement, son chiffre d'affaires atteint les 70.000 euros pour cette période de l'année, à cause de la situation sanitaire, il a atteint seulement 6000 euros en novembre. Il trouve la situation intenable. Avec son épouse, ils viennent de faire une demande d'aide auprès de l'État. Une démarche inédite pour ce couple qui travaille dans la restauration depuis 25 ans. Même si le gouvernement prévoit la réouverture des restaurants le 20 janvier prochain, les professionnels rencontrés ce lundi matin n'y croient pas.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Couvre-feu à 18h : le ministre des PME ne pense pas qu'il y aura d'impact "significatif"

Dérogations au couvre-feu national : qui est autorisé à circuler après 18h ?

À quoi ressemblent les dernières heures de Donald Trump à la Maison-Blanche ?

Départ de Donald Trump : nos images de la Maison-Blanche désertée

Couvre-feu à 18h : commerces et enseignes s'adaptent en ouvrant leurs portes plus tôt

Lire et commenter