Le boom des meubles à petit prix

Le boom des meubles à petit prix

Le coût moyen de la rentrée pour un étudiant non boursier est de 2 392 euros. Et au-delà des frais de scolarité, meubler son appartement, aussi petit soit-il, peut grever le budget. Plusieurs enseignes ont donc décidé de proposer des meubles à prix cassé.

Dans ce magasin à Lille dans le Nord, cette étudiante enchaîne les trouvailles. Avec la rentrée, elle doit meubler son appartement sans exposer le budget. Ça tombe bien. Table, canapé, lampe...Tout y est à moins de 50%. Seul bémol, ils ne sont pas tout à fait neufs.

Toute l'info sur

Le WE

Bois abîmé, tissu taché... Vendre des meubles aux petites imperfections, c'est un nouveau marché très lucratif pour Laurent Vandelanoitte, cofondateur de "La Meublerie" à Lille. Chaque semaine, ce chef d'entreprise en reçoit des camions entiers. Il s'agit des retours clients des enseignes d'ameublement. Il les rachète une bouchée de pain aux marques, 20% du prix du neuf. Voilà pourquoi il peut se permettre de les vendre d'emblée à -50%. Et ça marche, car en trois mois, le chiffre d'affaires du magasin a été multiplié par quatre.

Mais il est possible de trouver encore moins cher. L'entreprise "Le Grenier" à Lesquin (Nord), récupère gratuitement des meubles auprès d'anciens étudiants ou dans les déchetteries. En revanche, il n'est pas question de laisser visible les petits défauts. Tout passe par l'atelier de réparation et sera revendu au magasin à un prix plus qu'abordable. Dans les rayons de l'enseigne, la plupart des meubles sont à -80 voire -90% par rapport au prix du neuf. Les étudiants ont même le droit à 10% de réduction en plus. Et depuis peu, ils ont eu un nouveau service pour quelques euros : la livraison directement sur les campus.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Crise des sous-marins : Paris annule une réunion entre les ministres de la Défense français et anglais

Afghanistan : le groupe État islamique revendique deux attaques à la bombe contre les talibans

Emmanuel Macron a-t-il "dépensé entre 5 et 7 milliards d'euros en quinze jours" ?

Avant les sous-marins australiens, le cas des F-35 américains préférés aux Rafale par la Suisse

"Cet épisode va laisser des traces" : après la crise des sous-marins, la France peut-elle quitter l'Otan ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.