Le secteur de l'horticulture retrouve un peu de couleur

Le secteur de l'horticulture retrouve un peu de couleur

Cette année 2021, les horticulteurs ont un peu plus de perspectives. Si tout se passe bien d'ici trois semaines, la fête des grands-mères leur donnera un nouveau souffle économique.

Il ne reste que quelques heures à Xavier Brisset, horticulteur chez Froget Fleurs à Angers, pour les cueillir avec délicatesse. Les roses rouges restent l'emblème de la Saint-Valentin alors il ne faut pas se tromper. Vendues autour de cinq euros l'unité, cet horticulteur angevin en cultive 25 000 à cette période. Selon les budgets, la rose peut laisser sa place à d'autres fleurs de saison comme la tulipe.

Toute l'info sur

Le 20h

La tulipe, c'est l'univers de la famille Bigot en Sarthe, premier producteur en France. La Saint-Valentin représente 10 à 15% de leur chiffre d'affaires. La cueillette est très rythmée. Les fleurs doivent partir jeudi. Il y a presque un an, nous les avions rencontrés. Ils jetaient alors des millions de fleurs faute de pouvoir les vendre lors du premier confinement dans les boutiques et supermarchés.

Aujourd'hui, ils ont le sourire. Selon Nicolas Bigot, directeur général de Bigot Fleurs, "cette année a vraiment une importance particulière. On a eu peur d'être reconfiné il y a encore quinze jours. Et là, c'est un soulagement de voir autant de monde travailler autour de nous. Autant de bouquets de fleurs qui vont partir partout en France. Cela fait vraiment plaisir".

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Covid-19 : pourquoi le nombre de jeunes en réanimation continue d'augmenter ?

La mort d'Olivier Dassault complique un peu plus la succession à la tête de l'entreprise familiale

EN DIRECT - Vaccin Johnson & Johnson : la HAS espère donner un avis "à la fin de la semaine"

Patrick J. Adams, le mari de Meghan dans "Suits", dénonce l'attitude "obscène" de Buckingham

Assassinat de Samuel Paty : "J'ai menti", avoue l’adolescente à l’origine de la polémique

Lire et commenter