VIDÉO - Macron à Trump : sur les tarifs douaniers, "l'Europe réagira mais sans escalade"

EXCLUSIF - Alors que Donald Trump a annoncé une hausse des tarifs douaniers sur l'acier et l'aluminium, Emmanuel Macron a confirmé au micro de LCI et TF1 que les européens ne souhaitent pas de guerre commerciale, mais réagiront quand même.

Fermeté mais sans surenchère. En voyage d'État en Inde, Emmanuel Macron a réagi aux annonces de Donald Trump, qui compte augmenter les droits de douane sur l'importation d'acier et d'aluminium étranger. "J'ai eu hier soir au téléphone Donald Trump pour lui dire que je considérais qu'on n'allait pas dans le bon sens à mettre des tarifs", a affirmé le président français à l'envoyée spéciale de TF1 et LCI. Et d'ajouter : "L'Europe réagira mais sans escalade et sans céder à quelque provocation".


La veille au soir, il avait  adressé une mise en garde à son homologue américain, qui a annoncé il y a une semaine des taxes de 25% sur l'acier et de 10% sur l'aluminium : "L'Europe répondra de manière claire et proportionnée contre toute pratique infondée et contraire aux règles du commerce mondial".

Pas de "clarté immédiate" pour l'UE, les discussions avec les Américains vont se poursuivre

"Il y aura dans le cadre de l'OMC des discussions qui seront faites, des procédures devant l'OMC, et l'Europe elle-même mettra des tarifs en retour", a détaillé le président samedi, tout en disant déjà avoir "appelé le président Trump à ce qu'il n'y ait aucune escalade".

En vidéo

VIDÉO - Guerre commerciale : la Chine et l'Union européenne sont prêtes à se confronter à Donald Trump

Samedi, l'UE disait attendre de la part des américains des "clarifications" sur ces taxes douanières et réclamé d'en être exemptés. Des négociations ont eu lieu à Bruxelles entre représentants européens, américains et japonais, également opposés aux taxes douanières. Mais à l'issue de cette réunion, la commissaire européenne au commerce Cecilia Malmström a déclaré ne pas avoir obtenu de "clarté immédiate sur la procédure pour être exemptés", ajoutant que "les discussions vont se poursuivre la semaine prochaine".

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La présidence Macron

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter