"On s'attend à une hécatombe" : l'angoisse des salariés de la zone de Roissy menacés de licenciement

"On s'attend à une hécatombe" : l'angoisse des salariés de la zone de Roissy menacés de licenciement

CRISE SANITAIRE - Avec un trafic aérien au ralenti depuis un an, des milliers de personnes risquent de perdre leur emploi. Bagagistes, chauffeurs, hôteliers... ils font part de leur inquiétude.

Gilets fluorescents sur le dos, plusieurs employés de l'aéroport de Roissy crient leur colère. Postés devant l'un des neuf terminaux, l'inquiétude se lit sur leur visage. Dehors, aucune voiture ne circule. Les chauffeurs de taxi n'attendent plus le client, devenu une denrée rare. Au total, 800 entreprises dépendent de l'activité économique de l'aéroport. Alors que la crise sanitaire maintient les avions au sol, l'activité de ce bassin d'emploi a pris un sérieux coup dans l'aile. Bagagistes, chauffeurs, sécurité ou encore manutention... Ce sont plus de 20.000 emplois appartenant à des secteurs très variés qui risquent de disparaître d'ici 2022. Un chiffre important puisque fin 2019, l'aéroport employait directement ou indirectement 94.000 personnes. 

Toute l'info sur

Coronavirus : l'impact économique de la pandémie

Dans la zone de Roissy, les "mauvaises nouvelles, c'est tous les jours", avoue une femme installée au local syndical de l'aéroport. Cécile est aux premières loges de l'inquiétude de ses collègues. À côté d'elle, son collègue demande aux entreprises de "ne pas licencier" estimant que tout le monde aura besoin "un jour ou l'autre de prendre l'avion". En attendant, les pertes encaissées sont rudes. Sous l'effet du Covid-19, le trafic des aéroports parisiens a subi une chute mirobolante de 69,4% en 2020. La situation pourrait rapidement se dégrader pour les sous-traitants qui travaillent à l'aéroport. Durant le premier semestre 2021, ce sont 7000 emplois qui sont menacés sur la zone aéroportuaire.

C'est de l'inquiétude, de la colère, de l'amertume...- Un bagagiste, sous-traitant

Devant l'entrée de l'aéroport, quelques bagagistes - des sous-traitants - ont les traits tirés par l'incertitude. "On s'attend à une hécatombe dans l'aéroport", lâche l'un d'eux. Debout, à côté de lui, ses collègues hochent la tête : ils viennent d'apprendre que la moitié d'entre eux allaient subir un plan social. Cheveux poivre et sel et monture imposante sur le nez, un homme peine à trouver les mots pour décrire sa colère. "C'est de l'inquiétude, de la colère, de l'amertume... On a la rage", martèle-t-il. Plus calme, un autre salarié ne voit pas comment il pourrait se reconvertir : "On est tous pères de famille, on a tous des charges à tenir. Mais comment se recycler ? On voit ce qui se passe dehors, il n'y a pas plus de travail qu'ici."

Lire aussi

Autour de l'aéroport, le constat est sans appel. La crise sanitaire a mis à l'arrêt l'une des zones les plus dynamiques d'Ile-de-France. Si la lumière des hôtels éclaire toujours le périphérique, ces grandes tours n'hébergent plus personne. La centaine d'établissements touristiques sont majoritairement fermés. Devant l'un d'eux, les équipes de TF1 ont rencontré une poignée de clients. Leur chauffeur monte leurs bagages avant de décrire la situation dans laquelle il est plongé : "Mon employeur a dû se séparer de deux personnes. Je suis la dernière à rester. J'attends mon tour", indique-t-il. 

Preuve que les plans sociaux pleuvent dans la zone aéroportuaire, d'autres salariés d'une chaîne d'hôtels américaine font les cent pas, certains ont la tête baissée. Un nouveau coup vient de leur être porté. Lors d'une réunion, leur direction leur a annoncé vouloir supprimer un emploi sur trois. "La situation est déjà difficile. Avec le chômage partiel, nos salaires sont déjà impactés. En plus derrière, il y a un plan de licenciement", affirme un homme encore abasourdi. De son côté, la direction de la chaîne d'hôtellerie dit ne pas avoir le choix : son activité a baissé de plus de 90%. 

L'économie vous intéresse ? Alors découvrez le podcast de l'émission "Perri Scope"

Écoutez ce podcast sur votre plateforme d'écoute préférée ! 

Tous les jours, Pascal Perri reçoit les meilleurs experts, économistes, chefs d'entreprise, représentants du monde du travail pour des conversations économiques éclairées et des échanges respectueux mais sans concession.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Plus de 5.950 Français en réanimation, 324 décès en 24h

"Aujourd’hui, je me dis : plus jamais" : ces infirmières qui, après un an de Covid, ont rendu leur blouse

"Absolument impudique" : Vianney fâché par la couverture d’un magazine people

Castex annonce la suspension de tous les vols entre le Brésil et la France "jusqu'à nouvel ordre"

Variant brésilien : comment éviter sa propagation en France ?

Lire et commenter