Baisse du chômage au quatrième trimestre malgré le Covid : comment l'expliquer ?

Baisse du chômage au quatrième trimestre malgré le Covid : comment l'expliquer ?

FOCUS - Au quatrième trimestre 2020, les chiffres du chômage ont connu une baisse de 2,7% par rapport au trimestre précédent. Les effets de la crise ont jusque-là été limités par les aides de l'État.

Un chiffre peut en cacher un autre. Le nombre de demandeurs d'emploi de catégorie A (n'ayant eu aucun emploi mais tenus d'en rechercher activement un) s'élevait à 3.8167.00 personnes au quatrième trimestre, diminuant de 2,7% sur le trimestre, selon le bilan publié ce mercredi 27 janvier par la Dares, le service statistiques du ministère du Travail. 

Toute l'info sur

Coronavirus : l'impact économique de la pandémie

Comment expliquer cette baisse en pleine crise ?

Ces chiffres ne sont pas si étonnants quand on voit l’étendue des aides de l’État pour maintenir l’emploi, à commencer par la prise en charge du chômage partiel. Au mois de décembre, il y avait 2,4 millions de Français en activité partielle. C'est autant de salariés qui ne viennent pas gonfler les rangs de Pôle emploi. Ce dispositif est destiné à limiter la casse "quoi qu'il en coûte", comme l'avait annoncé le président Macron au début de la crise sanitaire. En l'occurrence, son financement a coûté 31 milliards d'euros à l'État en 2020.

Y a-t-il aussi eu moins de fermetures d'entreprises que prévu ? 

Oui ! Cette fois le fameux "quoi qu’il en coûte" a pris la forme des prêts garantis par l'État (PGE). Jusqu’à présent, ce sont 130 milliards d’euros qui ont été prêtés aux entreprises et ont permis de limiter les licenciements. 

Une baisse en trompe-l'oeil

 Les aides pour l’emploi des jeunes ont-elles porté leurs fruits ?

Oui, les entreprises qui ont embauché un jeune de moins de 26 ans ont reçu jusqu’à 4000 euros par contrat et celles qui ont embauché un jeune en apprentissage jusqu'à 8000 euros. Et ce dispositif a fonctionné : 440.000 contrats d’apprentissage ont été signés en 2020... en pleine crise ! C'est  27% de plus qu’en 2019. 

Cette baisse du chômage est-elle à relativiser ? 

Les différentes aides publiques expliquent en effet cette baisse du chômage en trompe-l'œil.  Si l'on compare ces chiffres de fin 2020 à ceux de fin 2019, c'est au contraire une hausse de 7,5% du nombre de chômeurs de catégorie A (soit 265.400 inscrits supplémentaires dans cette catégorie à Pôle emploi) qui est observée. Quoi qu'il en soit, la ministre du Travail, Elisabeth Borne, a assuré cette semaine que pour maintenir l’emploi "le quoi qu ’il en coûte durera aussi longtemps que nécessaire".

Sur le même sujet

Lire et commenter