Corse : la "mauvaise surprise" des touristes découvrant les résidus de la marée noire

Corse : la "mauvaise surprise" des touristes découvrant les résidus de la marée noire

POLLUTION - L'île de Beauté fait face aux conséquences de ce qui semble être un dégazage de navire. Les caméras de TF1 ont assisté à l'arrivée des premières galettes de mazout sur une plage de Porto-Vecchio.

En Corse, touristes et professionnels sont aussi surpris que déçus. Car l'île de Beauté affronte, depuis quelques jours, l'arrivée sur ses côtes de particules de pétrole. À tel point que de nombreuses plages ont été fermées jusqu'à nouvel ordre, mardi 15 juin.

"Je me baignais tranquillement et j'ai aperçu quelques particules de pétrole", raconte un baigneur à TF1 dans la vidéo en tête de cet article. "Plus ça va, plus ce sont des gros morceaux qui arrivent", abonde une femme. Une autre encore explique avoir "frotté avec des lingettes pour bébés, afin d'essayer d'enlever les traces de mazout sur les pieds. Mais ça ne part pas, donc on s'en va".

Toute l'info sur

Le 20h

Les professionnels du tourisme, eux aussi, sont dépités, car la saison était bien partie. À Porto-Vecchio, à l'hôtel Moby Dick qui affichait complet jusque-là, le directeur général Sébastien Meslin a découvert avec stupeur mardi l'arrivée des premières galettes de fioul sur sa plage  : "Il y a encore une heure on était bien, on était positif parce qu'on n'avait rien. Et là on est en train d'en découvrir petit à petit. C'est vraiment une mauvaise surprise".

Dans un communiqué, la Chambre de commerce et d'industrie de Corse a d'ailleurs regretté mardi "le déficit d'image" qui "vient impacter directement (les) ressortissants du tourisme balnéaire et indirectement l'ensemble des secteurs du commerce de proximité et des services déjà fortement fragilisés par la crise" du coronavirus.

De nombreuses plages interdites

Du côté des pêcheurs aussi, on déplore une "catastrophe." "Rien qu'en regardant en surface, on en voit déjà un paquet donc je n'imagine même pas sur des kilomètres et des kilomètres de côte", fustige Pierre-Antoine Gougelet, pêcheur professionnel à Solenzara.

Mardi soir, les 40 km de côte sur la commune de Porto-Vecchio étaient interdits d'accès, soit plus d'une dizaine de plages. Les bâtiments de la marine de la Marine nationale et un Falcon sont revenus le long de la côte afin de traquer la moindre résurgence de ce dégazage et la traiter.

Lire aussi

"L'essentiel de la nappe a été récupéré, mais on est incapable de dire combien il en reste et ce qui va arriver sur la côte", avait indiqué à l'AFP, mardi dans la matinée, la capitaine de frégate Christine Ribbe, porte-parole de la préfecture maritime de Méditerranée, basée à Toulon, évoquant "la présence de particules de plus en plus fines et de moins en moins repérables par avion".

Une enquête a été ouverte par le parquet de Marseille, compétent pour les affaires de pollution maritime sur le littoral méditerranéen français, qui a assuré, lundi, dans un communiqué, que tout était "mis en œuvre pour identifier le commandant et la compagnie responsables de cette pollution". Selon le parquet, "le criblage a permis d’identifier un certain nombre de navires suspects et les vérifications sont en cours"

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - "J'ai reçu une dose du vaccin Pfizer" : Emmanuel Macron publie une nouvelle vidéo sur les réseaux sociaux

"On attend juste que le soleil se couche" : en Grèce, "la pire canicule" depuis 30 ans

Covid-19 : traités "comme des animaux", le cauchemar de Français bloqués dans un hôtel insalubre en Sicile

Extension du pass sanitaire : les points que le Conseil constitutionnel pourrait censurer

EN DIRECT - JO de Tokyo : les handballeuses et les basketteuses bleues filent en demies !

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.