Que vont devenir les 4000 Bluecar d'Autolib' ?

RECYCLAGE - Avec la fin du service Autolib, le groupe Bolloré se retrouve avec près de 4000 "Bluecar" sur les bras. Démantèlement, redéploiement dans d'autres communes, revente ? LCI fait le point sur ce que vont devenir ces citadines déjà mythiques.

Autolib’, c’est fini ! Depuis le 1er août, impossible pour les usagers franciliens d’emprunter la petite citadine électrique. La société Bolloré a jusqu’au 31 août pour libérer l’espace public, autrement dit rapatrier ses quelques 4000 "Bluecar". Mais les rapatrier où ? Et pour en faire quoi ? À ces questions, pas de réponses bien tranchées. BlueSolutions, la filiale de Bolloré, se montre très discrète. Elle confiait à Libération fin juillet ne pas encore avoir tranché sur leur sort. "Il est encore trop tôt pour en parler, nous étudions différentes possibilités", confirmait-on également à nos confrères du Parisien. Recontactée par LCI, l’entreprise n’a pour l'heure pas donné suite à nos demandes d’informations.


Une chose est sûre cependant, la grande majorité des voitures finira à la casse. Alors même qu’Autolib vivait ses dernières heures, des centaines de véhicules étaient déjà acheminés dans une usine de recyclage automobile à Romorantin-Lanthenay, une commune située dans le Loir-et-Cher, à deux heures de route de la capitale. Au début du mois d’août, le site ressemblait à un cimetière de Bluecar. Des employés d’Autolib’ ont confié à TF1 que près de 2700 voitures seraient ainsi détruites. Elles doivent être démantelées et certaines pièces récupérées, comme les batteries qui représentent selon l’entreprise entre 30 et 50% de la valeur du véhicule.

1000 autres Bluecar devraient de leur côté être reconditionnées et redéployées dans d’autres villes où le groupe Bolloré propose un service équivalent. Un recyclage qui devrait se limiter à la France, compatibilité des normes nationales oblige. On peut citer notamment Bluecub à Bordeaux ou Bluely à Lyon. 


Si vous faites le calcul, il resterait donc environ 300 véhicules disponibles. Toujours selon des employés d’Autolib, ces derniers devraient être revendus à des particuliers. Pas sûr qu'ils trouvent preneurs...

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La voiture électrique, le véhicule de demain ?

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter