Colère contre la réforme de la PAC : des agriculteurs bio se mettent à nu

Colère contre la réforme de la PAC : des agriculteurs bio se mettent à nu

À POIL - Les premiers arbitrages du ministère de l’Agriculture penchent en faveur d’une réduction des subventions accordée aux agriculteurs bio. Pour protester, certains d'entre eux posent nus sur les réseaux sociaux. Des manifestations sont organisées ce mercredi.

Vous avez peut-être vu le film Normandie Nue avec François Cluzet, sorti en 2018, dans lequel un village se déshabille pour dépeindre un monde agricole en pleine crise. Eh bien cette fois-ci, ce n’est pas une comédie. Partout en France, des agriculteurs bio se mettent "à poil" pour protester contre la baisse des aides de la Pac (Politique agricole commune). 

Toute l'info sur

Le 13h

Des images publiées sur les réseaux sociaux, comme les trois clichés ci-dessous :

Plusieurs organisations telles que la Fédération nationale d’agriculture biologique, la Confédération paysanne ou WWF France, rassemblées dans le collectif Pour une autre Pac, avaient quitté vendredi dernier une réunion avec le ministre de l’Agriculture Julien Denormandie, dénonçant un "statu quo irresponsable"

L’agriculture biologique se considère abandonnée

"Le fait de nous retirer environ 66% des aides bio, ça nous met à poil", martèle Jean-Félix Billard, qui pose lui aussi nu dans le reportage de TF1 en tête de cet article. "Il faut des choses qui fassent un peu plus le buzz ou qui choquent pour retenir l’attention", poursuit-il. La réforme prévoit de retirer des aides spécifiques à l’agriculture bio pour les agriculteurs déjà convertis à ce mode de production. Avec moins de primes, toute l’agriculture bio s'estime remise en cause. "ça met encore plus d’incertitude dans notre avenir, dans les décisions d’installation pour les jeunes", souligne Jean-Félix. 

Convertie à l’agriculture biologique depuis 2009, la famille Billard possède aujourd’hui 200 vaches et 300 brebis. Pour elle, la baisse des aides au maintien représenterait un manque à gagner d’environ 20.000 euros par an. "C’est une partie dont on ne peut pas se passer. C’est une manière de dire dans les textes 'on vous soutient, on veut du verdissement, on veut 30% d’agriculture biologique en 2025 ou en 2030', mais on fait tout pour qu’on soit en dessous de 5% des surfaces", témoigne Jean-Pierre Billard, le patriarche de la famille. 

Lire aussi

De son côté, le ministère juge que le marché est suffisamment rémunérateur. Seules les nouvelles conversions seront subventionnées, pour 340 millions d’euros par an. 

Pour ceux qui sont déjà installés, les conséquences seront très concrètes. Producteur de céréales et de protéagineux sur 75 hectares, Emmanuel Bourgy devra faire un choix pour maintenir son activité. "Soit augmenter les prix, soit renier sur des investissements ou de l’emploi, alors que l’agriculture bio emploie deux fois plus de personnes qu’en agriculture conventionnelle, ou alors sur notre propre revenu qu’on va devoir diminuer", explique-t-il. Emmanuel sera de ceux qui feront le déplacement à Paris ce mercredi 2 juin pour manifester aux Invalides. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

40% des nouveaux contaminés sont vaccinés en Israël : des failles dans le Pfizer ?

John McAfee, créateur de l'antivirus du même nom, s'est suicidé dans sa prison en Espagne

Disparition de Lucas Tronche, 15 ans, en 2015 : des ossements et un sac retrouvés

"Mon père devrait être en prison" : l’audition de Britney Spears en 5 déclarations chocs

VIDÉO - Les terribles images de l'effondrement d'un immeuble en Floride

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.