VIDÉO - "On reste à l'hôtel" : en Guadeloupe, les blocages contrarient les vacances des touristes

VIDÉO - "On reste à l'hôtel" : en Guadeloupe, les blocages contrarient les vacances des touristes

CRISE SOCIALE - Les barrages continuent de ralentir la circulation en Guadeloupe, avec pour conséquences des séjours touristiques perturbés. Le JT de TF1 est allé à la rencontre de vacanciers désappointés.

La plage des Raisins Clairs à Saint-François est un écrin de tranquillité. Sable blanc, eau turquoise, ce paysage de carte postale est désormais associé aux barrages routiers qui rendent difficile tout déplacement sur l'île, perturbant les vacanciers qui assistent avec inquiétude à la crise sociale en cours.

"On n'a pas fait 8.000 kilomètres depuis la région parisienne pour rester autour d’une piscine... On aura un petit peu compensé, mais on n'aura pas vu ce qu’on aurait voulu voir", déplore une touriste, bloquée à l'hôtel et qui a donc été obligée de revoir son séjour à la baisse.

Toute l'info sur

La Guadeloupe et la Martinique en proie à de vives tensions

"On voulait louer une voiture pour se promener un peu, ça n'a pas été possible, tout simplement parce que les loueurs n’ont pas accès aux voitures..., raconte un autre touriste dans le reportage de TF1 en tête de cet article. Donc on reste à l’hôtel, on se balade. On a des amis à côté donc ça va, mais ce n’est pas évident quand même". Les vacances sont par ailleurs limitées en soirée avec l'application d'un couvre-feu. Les établissements fonctionnent également au ralenti, avec des effectifs réduits et des services perturbés par les blocages. 

La situation inquiète donc les professionnels du secteur, qui voient depuis deux ans la fréquentation touristique être perturbée par la crise sanitaire. Sandrine Martzer, monitrice de plongée, comptait sur la haute saison pour relancer son activité au ralenti. Elle doit maintenant composer avec des annulations. 

"On a des gens en plus qui sont coincés, ils viennent au dernier moment parce qu'ils habitent à côté, et puis on a des gens en moins parce qu’ils sont plus loin et qu'ils ne peuvent pas venir", constate-t-elle. "Les problèmes de circulation, les problèmes d’accès à Saint-François et ici, à la Marina, compliquent la situation des commerçants et les forcent même à fermer", souligne de son côté Loic Keroern, gérant d’un restaurant. 

Lire aussi

Cela pourrait ne pas s'arranger. Constatant que la situation en Guadeloupe reste imprévisible, certains touristes préfèrent annuler leur réservation, tandis que les vacanciers déjà sur place envisagent d'écourter leur voyage. Selon une source aéroportuaire interrogée par l'AFP, si la crise n'a pour l'instant pas d'impact sur l'aéroport, "cela va peut-être commencer, en termes de remplissage des avions, avec des gens qui ne peuvent pas rallier les points de logement ou l'aéroport pour partir."

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Covid-19 : que sait-on des symptômes du variant Omicron ?

EN DIRECT - Covid-19 : près de 32.000 cas ces dernières 24 heures

VIDÉO - Victime de violences conjugales, Camille Lellouche se livre dans "Sept à Huit"

"Ça ne finit pas de tomber" : la galère des automobilistes bloqués par la neige sur l’A89

VIDÉO - Sur les côtes anglaises, les habitants assistent consternés à l'arrivée de centaines de migrants

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.