Suspension de la taxe Trump : les viticulteurs français respirent

Suspension de la taxe Trump : les viticulteurs français respirent

Il y a seize mois, Donald Trump déclarait la guerre au vin français en imposant une taxe de 25%. Celle-ci a été suspendue samedi 6 mars par Joe Biden. Un soulagement pour les viticulteurs tricolores qui ont perdu 400 millions d'euros.

C'est la fin de seize mois d'incompréhension pour les viticulteurs français. Le 18 octobre 2019, la taxe Trump de 25% entrait en vigueur. À l'époque, c'était la sidération. "On ne comprend pas pourquoi on est taxé à cause d'Airbus et Boeing". Le vin français fait les frais de la guerre commerciale entre les deux fabricants d'avions.

Toute l'info sur

Le WE

Aujourd'hui, la levée de cette taxe par Joe Biden va permettre à nos viticulteurs de redevenir compétitifs. Avant la taxe, Stéphane Gabard exportait un quart de sa production annuelle aux États-Unis, soit 25 000 bouteilles. "On avait rogné nos marges à peu près de 12%, la moitié de la taxe. On exportait beaucoup moins de vins et on gagnait un petit peu moins bien notre vie"

L'an dernier, cette taxe a fait perdre 400 millions d'euros de chiffres d'affaire au secteur. "En 2020, il était impossible de trouver d'autres marchés, la pandémie était mondiale. Nous n'avons pas pu compenser la baisse d'activités aux États-Unis. Tout ça est venu aggraver la situation qui était déjà bien difficile", rappelle Bernard Farges, président du Conseil interprofessionnel des vins de Bordeaux.

Les Américains se sont en partie détournés de nos vins. Mais temporairement à en croire ce caviste de Washington. "On vend deux fois moins de vins français que d'habitude, mais je pense qu'à présent ça va aller mieux. Les livraisons vont reprendre, les prix vont baisser, les clients devraient revenir", selon Krishna Regmi, directeur du magasin "Hop, Cask & Barrel".

Pour l'instant, la suppression de la taxe américaine sur les vins n'est valable que quatre mois. Un accord définitif doit encore être trouvé entre l'Union européenne et les États-Unis.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

"60 à 70% des victimes" britanniques de la troisième vague étaient-elles vraiment "vaccinées" ?

Covid-19 : une réunion à l'Élysée pour préparer la réouverture des lieux fermés

"Absolument impudique" : Vianney fâché par la couverture d’un magazine people

Covid-19 : la France va durcir ses restrictions pour les voyages dans les pays les plus touchés

Le plan Alerte enlèvement levé dans les Vosges pour Mia, 8 ans, toujours recherchée

Lire et commenter